Pollution marine : 269 000 tonnes de déchets plastiques flottent dans l’océan

0
226

Une étude internationale vient de livrer une évaluation  globale de la pollution océanique et le résultat est plus qu’effarant. 269 000 tonnes de déchets plastiques constitués de plus de 5 mille milliards de particules de toutes tailles flottent actuellement dans l’océan. Et ces estimations sont encore « très prudentes » et « minimum » soulignent les auteurs dans la revue PLOS ONE (Public Library of Science) du 10 décembre !

Pollution aux plastiques : la totalité de la surface de l’océan concernée

Les déchets plastiques produits par les activités humaines sont constitués de fragments de sacs, de tissus, bouteilles, divers emballages mais également des granulés industriels. En suivant les cinq axes de circulation des eaux autour du globe, les déchets arrivent et s’accumulent sur cinq grandes  « zones de convergence », appelées « gyres océaniques ». La plus grande de ces gyres, baptisée « Great Pacific Garbage Patch », ou « grande poubelle du Pacifique », forme une gigantesque plaque de déchets flottante d’une surface de 3,5 millions de km².

Selon Marcus Eriksen du Five Gyres Institute de Californie, co-auteur de l’étude, les cinq gyres ne sont pas la destination finale des ordures. Réduits en de très petits fragments par les radiations solaires, les plastiques se dispersent ensuite autour du globe, ce qui fait que les quantités de déchets plastiques flottants dans l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud soient de même ordre alors que l’hémisphère Nord reçoit beaucoup plus de déchets que le Sud.

images (2)Après analyse des données recueillies près des côtes australiennes, dans le golfe du Bengale et en Méditerranée, les chercheurs ont également constaté que les  zones côtières sont également « très affectées », notamment en Méditerranée.

Toute la chaîne alimentaire en danger

Le nombre colossal de particules de plastique dérivant sur les flots est préoccupant puisque ces particules de plastique « contaminent tous les écosystèmes océaniques, y compris les organismes marins, le zooplancton et les espèces vivant dans les sédiments », fait remarquer  Marcus Eriksen. Les plastiques peuvent « concentrer les polluants organiques et altérer le fonctionnement des chaînes alimentaires », ajoute-t-il.

images (1)Ces déchets plastiques sont ingérés par  plusieurs centaines d’espèces marines mais également par des oiseaux et peuvent provoquer des blessures, empoisonnements ou suffocations des espèces qui les absorbent. Selon l’estimation de Greenpeace, à l’échelle de la terre, « environ 1 million d’oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année de l’ingestion de plastique ».

En passant à travers la chaîne alimentaire, les plastiques ainsi que les produits chimiques et les nombreuses toxines dont ils contiennent arrivent jusqu’à l’homme. Comme une éponge, les micro-plastiques, une fois dans le milieu marin, fixent de nombreuses toxines (Bisphénol A, DDT, phtalates, PCB) à des concentrations allant jusqu’à 1 million de fois supérieur aux normales.

Une pollution qui va croissant

Selon les chercheurs, le volume des déchets plastiques dans l’océan va encore augmenter en raison de la hausse de la production de plastique dans le monde dont 5% seulement sont recyclés.

« Beaucoup de choses sont utilisés une fois et puis ne sont pas recyclés», a déclaré Julia Reisser, un chercheur basé à l’Université de l’Australie occidentale. « Nous devons améliorer notre utilisation de plastique et surveiller également les plastiques dans les océans pour avoir une meilleure compréhension de la question » poursuit-t-elle. « Je suis optimiste, mais nous avons besoin faire comprendre le problème aux décideurs. Certains font cela – l’Allemagne a changé la politique afin que les fabricants soient responsables des déchets qu’ils produisent. Si nous mettons plus de responsabilités sur le producteur alors, ce serait une partie de la solution  » a-t-elle conclu.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.