Piratage massif de webcams : vous pourriez faire partie des 73 000 flux diffusés en direct sur un site russe

0
3904

Insecam.com : ce site permet de visionner des images provenant de plus de 73 000 webcams piratées dans le monde entier, votre webcam pourrait bien faire partie de celle qui fonctionne à votre insu.

Hebergé en Russie, ce nouveau site est apparu sur la toile début novembre et relaye en direct des images filmées par des webcams connectées à internet. Les images proviennent pour la plupart des caméras de surveillance d’entrepôts ou de magasins, des webcams intégrées dans les ordinateurs ou de caméras personnelles dont les propriétaires ne sont même pas au courant qu’ils sont filmés.

Près de 3 300 images proviennent de la France

Ce piratage concerne environ 11 000 webcams situées aux Etats-Unis. Pour la France, près de 3300 webcams sont en cause. Les images transmises en direct ne sont en aucun cas filtrées. Ainsi, vous pouvez aussi bien tomber sur des vidéos tournés sur des parkings, des magasins ou bien pire, suivre en direct ce qui se passe dans un chambre d’enfant dans un appartement de standing de Paris.

La faille du système : le mot de passe de la webcam

Etienne Drouard, avocat spécialisé en droit de l’informatique et des réseaux de communication électronique estime que «73 000 caméras » relève d’ « une faille lourde du système » et que pour pouvoir accéder à ces caméras,  » l’auteur a dû pirater beaucoup plus d’ordinateurs ».

Bon nombre d’utilisateurs n’insèrent pas de mot de passe ou utilisent des mots de passe trop simples facilitant la prise de contrôle de la caméra. Pour retrouver le mot de passe, le pirate n’a qu’à recueillir les informations nécessaires sur internet, notamment dans les réseaux sociaux. D’une personne piratée à une autre, le nombre d’utilisateurs piratés augmentent étant donné que « Toute personne piratée est une fenêtre ouverte vers un autre utilisateur, » souligne Etienne Drouard.

Pour la France, le risque de piratage est particulièrement élevé. Les objectifs du piratage sont très variés : voyeurisme, cyber-chantage, détournement bancaire…  » Nous sommes dans le top 5 des pays les plus ciblés » avertit Etienne Drouard. « S’introduire et se maintenir dans un système informatique » est pourtant un acte puni par la loi : il est passible de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Pour l’instigateur du site Insecam.com, le but de son manœuvre est de conscientiser les utilisateurs sur la défaillance de leur sécurité. D’ailleurs, sur demandes des personnes piratées, l’auteur s’est engagé à supprimer les flux des intéressés. Comme le piratage de webcam est souvent difficile à détecter, aucune demande ne lui est parvenu jusqu’à maintenant.

webcamComment sécuriser sa webcam ?

La méthode la plus simple serait de désactiver ou masquer la webcam quand on ne s’en sert pas. Plusieurs solutions sont envisageables :

  • La débrancher si elle est connectée en USB
  • Pousser le loquet si l’ordinateur le propose
  • Coller un scotch opaque sur la lentille

Ensuite, pour trouver des mots de passe efficaces : faire recours à des sites qui génèrent des mots de passe automatiques. Les mots de passe chiffrés (ensemble de nombres mêlé de lettres) sont les plus efficaces.

Enfin, utiliser des mots de passe différents pour chaque compte ou matériel et les changer au moins tous les six mois.

Pour plus de sécurité :

  • Il ne faut établir de conversations vidéo qu’avec des personnes de confiance
  • Ne pas cliquer sur des liens suspects, notamment sur les réseaux sociaux.
  • Eviter de mettre des webcams (ou ordinateurs munis de webcams) dans les chambres à coucher, ou d’autres pièces intimes.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.