Paris : des cinéastes soutiennent des coiffeuses sans-papiers

0
37

Les coiffeuses concernées dont la plupart d’origine africaine sont au nombre de 18. Elles sont sans-papiers et travaillent depuis des mois dans un salon de beauté à Paris. Depuis le mois de mai, elles dénoncent leurs mauvaises conditions de travail et pour obtenir gain de cause, les « 18 » ont fait appel au Collectif des cinéastes pour les sans-papiers.

Le Collectif des cinéastes pour les sans-papiers a lancé ce jeudi 23 octobre, une campagne nationale avec un film diffusé dans plusieurs salles de cinéma en France. Cette campagne de mobilisation a pour but de venir en aide aux 18 coiffeuses sans-papiers et d’interpeller les autorités à leur livrer des titres de séjours. Dans ce film de 3 minutes, les sans-papiers font des témoignages sur la réalité du métier de coiffure en France. « On m’avait dit, la coiffure, c’est 400 euros par mois, très vite on découvre qu’il n’y a pas vraiment de salaires », « 80 heures par semaine depuis 1 an, 2 ans », « Nous sommes les premiers à parler », « Si notre parole s’éteint, qui la prendre après nous », autant de tristes aveux qui montrent la gravité de leurs conditions de travail.

Ces témoignages ont été filmés par des membres du Collectif des cinéastes pour les sans-papiers. Selon Christophe Ruggia, l’un des réalisateurs, les conditions de travail des « 18 » sont horribles. « Nous étions tous scandalisés et atterrés quand nous avons vu le salon de coiffure. Pas d’aération, on transpirait et étouffait, ce sont des conditions vraiment contraires à la dignité humaine » a-t-il déploré. A présent, tout ce que souhaitent ces cinéastes c’est de voir bientôt le gouvernement donner un tir de séjour à chacune de ces coiffeuses.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.