Nouvelle Zélande : menace « éco-terroriste » sur le lait en poudre pour bébés

0
38

Mardi, les autorités néo-zélandaises ont ouvert une enquête suite à la réception de plusieurs lettres anonymes menaçant d’empoisonner du lait en poudre pour bébés si un poison servant à éradiquer des espèces envahissantes n’est pas interdit à l’usage dans le pays.

Selon la police néo-zélandaise la menace, considérée comme « une forme d’éco-terrorisme » par le Premier Ministre John Key, pourrait être un canular. Cependant elle doit être prise très au sérieux car elle vise les bébés. Ainsi, une enquête a été ouverte. Les lettres de menace anonymes envoyées à l’organisation des agriculteurs de la Nouvelle Zélande (Federated Farmers of New Zealand) ainsi qu’à la coopérative laitière Fonterra , en novembre 2014, accompagnées de boîtes de lait en poudre pour bébés empoisonnées, dénoncent l’utilisation du pesticide 1080. Le Premier ministre néo-zélandais a indiqué que ce produit ne sera pas interdit à l’usage, en précisant qu’il est impossible pour le gouvernement de négocier avec des « éco-terroristes » et de céder à leur chantage.

Même si, selon le Premier Ministre, la probabilité de mise à l’exécution de la menace est « faible », les parents sont appelés à bien vérifier les boîtes de lait en poudre qu’ils achètent. Par ailleurs, les autorités ont demandé aux supermarchés de conserver les boîtes de lait dans des endroits sécurisés et inaccessibles au public.

L’entreprise Fonterra est le plus grand exportateur mondial de lait, notamment de lait infantile. En Août 2013, la coopérative a été au cœur d’un scandale. Des bactéries potentiellement mortelles ont été retrouvées dans des lots de petit-lait utilisés dans la fabrication de lait maternisé et de boissons destinées aux sportifs. La Chine, principal importateur de lait infantile, et l’Arabie Saoudite ont retiré tous les produits de Fonterra de leur marché.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.