Nigéria : des attentats suicides sèment la terreur à Kano

0
149

Les habitants de Kano, la plus grande ville dans le nord du Nigéria, vivent dans la terreur. En moins d’une semaine, pas moins de quatre attentats suicides ont été commis par des femmes, faisant une quinzaine de victimes.

Des femmes kamikazes à l’action

Pas plus tard que mercredi, six personnes ont trouvées la mort lors d’un attentat suicide, dans une école polytechnique, à Kano. L’attaque a été menée par une femme kamikaze, la quatrième dans la région en moins d’une semaine, à 13h30 GMT au moment même où des étudiants se réunissaient autour d’un tableau d’affichage. En effet, selon l’AFP, la kamikaze visait des étudiants qui voulaient s’enregistrer au Service National pour la Jeunesse (NYSC), obligatoire au Nigéria. Un témoin cité par l’AFP, Isyaku Adamu, a par ailleurs expliqué que la femme kamikaze s’était fondue dans la foule des étudiants pour mieux atteindre ses cibles. Pour sa part, le porte-parole du gouvernement, Mike Omeri, a déclaré qu’il s’agissait d’un « engin explosif improvisé. »
Ce type d’attentats suicides perpétrés par des femmes kamikazes est loin d’être la première à Kano, notamment pour cette semaine. Le premier enregistré s’est déroulé dimanche dernier lorsqu’une jeune femme interpellé à l’entrée d’un campus de la ville s’est fait explosée, blessant cinq policiers. Le lendemain, c’est au tour de deux jeunes femmes décrite comme des adolescentes de mener l’attaque contre une station essence et un centre commercial, provoquant trois morts et treize blessés.

Kono

Boko Haram accusé

Même si les attaques n’ont été revendiquées par aucun groupe, les soupçons des autorités nigérianes se sont portés sur Boko Haram, la secte islamiste la plus crainte dans la région. En effet, suite à l’enlèvement des 200 lycéennes mi-avril, le groupe est actuellement accusé de se servir de femmes et de jeunes filles kamikazes pour servir leurs desseins. Et ce d’autant plus qu’après avoir revendiqué l’enlèvement des lycéennes, Boko Haram a menacé d’en faire des esclaves, comme le souligne 7sur7.be.
Mercredi, après l’attentat suicide contre l’école polytechnique à Kano, les autorités nigérianes ont annoncé dans un communiqué que « Les forces de l’ordre ont arrêté mardi 29 juillet (…) trois membres présumés de Boko Haram dont une fillette de 10 ans (…) portant une ceinture d’explosifs. »

carte-kono

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.