Doubs : cinq membres d’une cellule néonazie écopent de peines de prison ferme

0
10

Le tribunal correctionnel de Vesoul a condamné cinq membres d’une cellule néonazie de Haute-Saône, le vendredi 22 mai 2015, à des peines d’emprisonnement fermes, entre trois mois et deux ans. Les deux autres membres de la cellule ont été condamnés à des peines de six mois avec sursis. Trois suspects ont subi les peines les plus sévères, soit 18, 20 et 24 mois fermes pour des inculpés âgés respectivement de 29, 30 et 44 ans, dont une condamnation par défaut pour celui qui a hérité de la peine la plus longue, car il fait toujours l’objet d’un mandat d’arrêt.

Selon le président du tribunal correctionnel, Fernand Kato, ces peines visent à réprimer « des comportements dangereux pour l’image de la République ».

En effet, aucune intention concrète d’attentat ou de meurtre ne peut leur être imputée. Ce groupe néonazie est un « groupe de combat » dénommé « Blood & Honour C18 », et a participé à des dégradations de biens, à l’aide de tags en Haute-Saône et dans le Doubs, et a incité à la haine raciale et à la violence.

Sous surveillance depuis deux années par la cellule nationale d’enquête de la gendarmerie chargée des groupuscules extrémistes, ce groupe était plutôt orientée « anti-musulman » et se disait « prêt à mener la guerre contre l’envahisseur ».

Ils ont été appréhendés en mai 2014, suite à leur photo, postée sur Internet, montrant les membres du groupe en possession de cagoules, d’une kalachnikov et des fusils. Des perquisitions dans les résidences des suspects, ont révélé la présence de battes de base-ball, de poings américains, de cagoules, d’un buste d’Adolf Hitler, d’un exemplaire de Mein Kampf. En revanche, aucune arme n’a été décelée sur place.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR