High-tech : Robosoft, une entreprise française qui crée des robots à la demande

0
134

La société Robosoft, sise à Bidart, dans les Pyrénées-Atlantiques, au pays Basque, invente et expérimente les robots du futur. Cette société française, fondée à Paris en 1985, est l’œuvre de Vincent Dupourqué, actuel PDG.

Cet ingénieur biomédical et docteur ès-sciences physiques, s’est établi en 1994 sur la côté basque, grâce à un contrat de création d’un « robot-pompiste » pour la société de transports de Bayonne.

Actuellement, Robosoft expérimente « Citymobil 2 », une navette électrique de 5 m de long et 1,5 m de large, d’une capacité de 8 places, circulant entre 15 et 20 km / h. Des logiciels installés dans la navette, permettent au véhicule, sans chauffeurs, ni volant, ni pédale ,de se mouvoir, grâce à un faisceau laser de 30 mètres, d’éviter les obstacles. La vitesse est adaptable, et des ultrasons, sis sur le côté qui s’ajoute au faisceau laser « permettent de suivre, sans le percuter, un piéton marchant sur la ligne peinte au sol, pour suivre son circuit ».

Le prix de la navette, assez élevé, tourne autour de 150 000 à 200 000 euros. « Citymobil 2 », est opérationnel et sa mise en exploitation, dépend d’une directive bruxelloise d’autorisation de circulation de véhicule sans chauffeur d’ici 2016, souligne Vincent Dupourqué.

La concurrence de la Chine, des Pays-Bas et des Etats-Unis lui emboîte le pas, néanmoins, une joint-venture avec La marque Ligier, rassure le PDG de Robosoft. Testé à la Rochelle, la navette « Citymobil 2 »sera bientôt à Trikala, en Grèce, à Sofia en Bulgarie et à Saint-Sébastien, en Espagne.

La Commission Européenne finance à 70 % ces expériences de développement des systèmes de transport automatisés et indépendants. Robosoft crée des robots, à la demande. Il a inventé notamment « Robuglass » le nettoyeur automatique de la Pyramide du Louvre, à Paris. Il effectue également des essais sur un prototype de « robot-nounou » nommé Kompaï, pour l’aide à domicile des personnes dépendantes.

Robosoft table sur la fabrication de 10 000 « robot-nounou » annuel, à raison de 5 000 euros le robot, pour un marché avoisinant les 200 000 à 300 000 utilisateurs sur le territoire national.

Robosoft revendique 40 employés officiant entre Bidart et Toulouse, et espère procéder à quelques vingt embauches, fin 2015. Par ailleurs, Gilbert Gagnaire, PDG de Fermat, pourvoyeur de logiciels bancaires, est devenu actionnaire majoritaire de Robosoft, depuis 2014.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR