Québec : vive émotion à l’annonce de la vente du Cirque du Soleil.

0
12

Créé en 1984, et fonctionnant depuis 30 ans sous la direction de son fondateur, le Québecois Guy Laliberté, le Cirque du Soleil a voyagé sur tous les continents à travers ses multiples spectacles.

Composée de 1 300 artistes, le Cirque du Soleil a renouvelé ce genre de spectacle d’arts vivants. Il compte des scènes permanentes à Las Vegas, dans le Nevada.

Une mise en vente largement contestée

Selon Renée-Claude Ménard, en juin dernier, Guy Laliberté a annoncé son projet de recherche d’un nouveau partenaire stratégique, un processus long. Renée-Claude Ménaud n’a pas précisé le dépôt effectif des offres de rachat, à effectuer la semaine prochaine au plus tard.

Victime de son succès, le Cirque du Soleil est désormais une entreprise gigantesque, avec le corollaire de risques éventuels liés au monde des affaires, à savoir la gestion des recettes, qui doivent assurer les salaires de 4 000 salariés, et le fonctionnement des chapiteaux. En 2012, le Cirque du Soleil n’a pas dégagé de bénéfices, et a du procéder à un licenciement massif. Si l’entreprise faisait travailler 5 000 employés, quatre ans auparavant, il compte actuellement 4 000 salariés à travers le monde dont 1 500 auprès du siège social de Montréal.

Le capital de la Société qui appartient à 90% à M.Laliberté est évalué à 2 milliards de dollars, les 10% restants sont en possession d’un fonds d’investissement immobilier de Dubaï.

Au terme de la vente, GUY Laliberté garderait 10% de sa part actuelle.

Cette mise en vente a suscité une vive émotion au sein de la classe politique, en général, qui préfère le maintien de l’entreprise au sein de la province québecoise.

Jeudi 26 mars 2015, le Premier ministre du Québec, Philippe Couillard a fait savoir qu’il souhaite informer M.Laliberté de l’importance du maintien du siège social, et des activités créatrices à Montréal.

Le mercredi 25 mars 2015, Pierre-Karl Péladeau, milliardaire et ancien patron du groupe de télécommunication et de médias québecois, mais également indépendantiste et aspirant chef du parti Québecois, a contacté plusieurs investisseurs en les incitant à placer leur argent, pour le rachat du Cirque du Soleil. Il a suggéré, par ailleurs, la participation de la Caisse de dépôt et placement du Québec, pour un investissement provincial.

Ce gestionnaire d’entreprises veut prévenir face à une menace de déménagement du Cirque du Soleil dans un pays étranger. Car dans le monde des affaires, le centre de décision se trouve à l’endroit où siègent les nouveaux dirigeants. Ainsi, si les dirigeants sont à l’extérieur, le centre décisionnel est également à l’étranger.
Pour sa part, un autre chef d’entreprise, François Legault, le chef de la Coalition Avenir Québec exige, la participation effective du gouvernement dans les démarches de recherche d’un acquéreur québecois.

Le Premier Ministre, Philippe Couillard souhaite rappeler à Guy Laliberté la contribution massive du contribuable québecois, par le biais du Gouvernement de l’époque, lors de la création initiale du Cirque du Soleil. Le Cirque du Soleil a bénéficié, à ses débuts, d’une aide publique de 900 000 dollars et a perçu des subventions jusqu’en 1992.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR