Afrique : à défaut de la mère, ce sera la fille Bona Mugabe qui succédera à Robert Mugabe, président incontesté du Zimbabwe.

0
175

En se préparant à la passation de pouvoir au Zimbabwe, l’actuel président Robert Mugabe âgé, de 91 ans, semble avoir arrêté son choix sur sa fille Bona Mugabe, 24 ans, pour lui succéder à la tête du pays. Le Zimbabwe figure parmi l’un des Etats les plus pauvres d’Afrique, où règne encore une grande lacune en terme de démocratie et de partis d’opposition.

Ce choix est une surprise pour la plupart des observateurs, car Robert Mugabe avait déjà préparé sa femme Grace pour la passation du pouvoir.

Sa femme Grace, surnommée « Disgrâce »(honte) par ses détracteurs, en raison de son goût prononcé pour les shoppings dans les boutiques de luxe.

Dactylographe, Grace Mugabe, est devenue docteur en philosophie, en 2014, diplômée de l’université de Zimbabwe, dont la présidence est assurée par son mari. Elle a obtenu son titre en 3 mois.

L’accession et le maintien à la tête du Zimbabwe de Robert Mugabe

Il a combattu le régime ségrégationniste de la Rhodésie du Sud.et a été surnommé « Comrade Bob ».

En 1980, il a passé 10 ans en prison, il est nommé Premier ministre du Zimbabwe. Responsable du massacre de 20 000 personnes, lors du soulèvement des opposants Ndebelés, il est connu par son intransigeance.

En 1987, en modifiant la Constitution, il devient le Président du Zimbabwe. La Zimbabwe est désormais surnommé par les critiques « Le royaume de Robert Mugabe ».

La rupture avec l’ancienne colonie britannique, entraîne le gel, puis la suppression des aides. Le régime de Mugabe devient une dictature aux yeux du reste du monde. Economiquement, l’inflation gangrène le pays, et la monnaie locale dévalue à toute vitesse.

En 2008, sous la pression de la communauté internationale, une légère ouverture
a permis à l’opposition de faire partie du pouvoir.

En 2015, Robert Mugabe tient toujours les rênes et dirige le pays d’une main de fer.

Entretemps, sa femme Grace prend son rôle à cœur. Lors des discours publics, elle fustige l’opposition, et n’hésite pas à critiquer la vice-présidente du pays, Joice Mujuru, représentante de l’aile modérée du parti de Robert Mugabe, en prétextant que cette dernière serait « de mèche avec le MDC, parti de l’opposition ». Cette déclaration a eu lieu en décembre 2014.

Peu de temps après, en décembre 2014, par le biais d’un communiqué officiel, Joice Mujuru est remerciée, ainsi que ses proches collaborateurs. La place est libre pour l’exercice des pleins pouvoirs par Grace Mugabe.

Mais le destin en a décidé autrement. Noël 2014, lors d’un voyage pour Singapour, Grace part pour se faire opérer de l’appendicite. Un mois plus tard, on dit qu’elle ferait face à une septicémie. Le 7 mars 2015, Robert Mugabe déclare brièvement que sa femme « a encore besoin de temps pour se remettre ».

La famille avant tout, la fille remplacera la mère

Robert Mugabe n’est pas à cours de ressources. Désormais, ce sera sa fille Bona qu’il prépare à sa succession. Mariée à un pilote de la compagnie Emirates, cette jeune femme de 24 ans, a étudié la finance àHong-Kong, sous un nom d’emprunt.

Sa présence, aux côtés du Premier ministre Shinzo Abe, lors de la visite de la délégation officielle du Zimbabwe au Japon, a irrité l’opposition zimbabwéenne. Selon Obert Gutu, porte parole du MDC « il n’y a aucune raison pour que Bona Mugabe-Chikore, fasse partie de la délégation officielle du Gouvernement, on assiste désormais à la privatisation du pouvoir ».

D’autres points de vue, moins critiques, supposent que Bona est simplement en phase d’apprentissage de la politique.

Robert Mugabe n’a pas encore fait de déclaration officielle au sujet de sa fille.

Quand à Joice Mujuru, l’ex-vice présidente, candidate à la présidence du pays, elle subit dorénavant les attaques virulentes de Robert Mugabe. Sa propre famille a fuit à l’étranger.

Pour l’instant, Robert Mugabe reste le Président incontesté du Zimbabwe.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR