Santé : la prise illégale d’intérêts entre les laboratoires de médicaments et les autorités de santé entraîne l’ouverture d’une enquête.

0
21

Mediapart a révélé dans un article du 24 mars 2015, intitulé « les gendarmes du médicament faisant affaire avec les laboratoires », l’existence de réunions secrètes entre « les membres éminents des autorités de santé » et les laboratoires de médicaments.

Ces experts donnaient des conseils aux laboratoires pour faciliter le montage de leurs dossiers.

En France, l’agence du médicament ou ANSM, et la Haute autorité de santé ou HAS, comprennent des commissions Ces commissions sont décisionnaires pour la mise sur le marché du médicament pour l’ANSM et l’autorisation de remboursement du médicament pour la HAS.

Des enquêtes internes ont eu lieu auprès de ces deux entités, et un signalement a été transmis au procureur, sur recommandation expresse de la ministre de la Santé, Marisol Touraine qui a jugé les faits graves, et inacceptable, s’ils étaient avérés.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête, pour découvrir d’éventuels conflits d’intérêts, entre les laboratoires et les experts des autorités de santé.
Cette enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts est prise en main par l’OCLCIFF ou office anti-corruption de la police judicaire.

Cette affaire n’est pas la première du genre. Lors du scandale de l’affaire Mediator des laboratoires Servier, un médicament coupe-faim aux effets dévastateurs sur les valves du cœur, des liens frauduleux avaient été constatés entre experts des autorités de santé, et laboratoires pharmaceutiques. Au terme du procès, plusieurs agents de l’état et médecins ont été mis en examen.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR