Marseille : le sort de « La Marseillaise » scellé ce mardi 7 avril.

0
7

Le quotidien « La Marseillaise » est en redressement judiciaire depuis novembre 2014. Le tribunal de Commerce de Marseille décidera soit de la liquidation, soit de la cession à un candidat repreneur. Deux propositions de rachat sont déposées pour l’acquisition de « La Marseillaise ».

La première offre, des Editions des fédérés du secrétaire départemental du Parti communiste, Pierre Dharéville, propose l’organisation du quotidien autour de trois éditions. Il suggère la fermeture de 10 agences, et la suppression de 90 postes, surtout dans l’imprimerie, sis dans les bureaux de la rédaction marseillaise, au cours Estienne d’Orves.

La seconde offre est celle des nouvelles éditions marseillaises, une société regroupant des acteurs culturels de la communication et de la presse. Elle projette la préservation « d’une imprimerie intégrée ainsi que les emplois attachés ».Elle souhaite le rééquilibrage des comptes, et la modernisation radicale du titre en combinant à la fois le journal papier et le web.
Financièrement, les éditions des Référés partent favoris, grâce au soutien du Fonds de développement économique et social du Trésor Public, ainsi que de la garantie à 70% de la Banque publique d’investissement. D’autant plus, que le deuxième offreur n’est pas parvenu à boucler son budget de rachat, selon le Monde.

Depuis plusieurs mois, la presse marseillaise fait face à des remous. V Marseille et Bons baisers de Marseille ont échoué, tandis que le mensuel Le Ravi est en redressement judiciaire. Quand à la Provence, le comité d’entreprise a déposé un plan de sauvegarde qui inclut une soixantaine de départs.

Si le site Marsactu a été mis en liquidation, les anciens salariés essaient un nouveau pari avec Marsactu 2 qui débutera vers fin 2015, avec une partie payante.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR