Mahomet en couverture de Charlie Hebdo : Guy Bedos comprend l’indignation des musulmans

0
449
guy

Interrogé lundi 19 janvier au micro de Thomas Sotto concernant la polémique créée par la couverture du dernier numéro du journal Charlie Hebdo, Guy Bedos a confié que les « survivants » devraient sérieusement réfléchir à la question.

42% des Français du côté des musulmans ?

Dans son interview pour Europe 1, l’humoriste Guy Bedos avait repris les résultats d’un récent sondage publié dans le  Journal du dimanche. Celui-ci affirmait notamment que 42% des Français estimaient qu’il fallait prendre en compte les différentes réactions autour de la dernière parution de Charlie Hebdo dans le monde entier. La plupart suggérait ainsi aux « survivants » de l’attentat de cesser de caricaturer le prophète Mahomet dans le journal.

La seule religion implacable

En guise de réponse à ce sondage, Guy Bedos a confié qu’il faisait partie de ces humoristes qui faisaient rarement attention aux sanctions possibles dans l’exercice de son métier. Il trouve ainsi exagéré la polémique créée par les musulmans et anti-Charlie autour des caricatures de Mahomet. La religion musulmane qu’il juge également d’être « la seule qui soit implacable » alors qu’il avait passé son temps à rire de nombreuses personnalités de la religion chrétienne, sans être pour autant victime de menaces.

« J’ai passé ma vie à suivre mon instinct, mes humeurs, sans me préoccuper des sanctions possibles. C’est la seule religion qui soit aussi implacable. J’ai toujours vu des choses plutôt insolentes sur Jésus, Marie, Joseph… Moi j’ai traité sur scène Joseph de cocu! J’ai été très libre avec la religion, cela ne m’empêche pas de trouver le pape François très sympathique. J’ai écrit sur le Pape Jean-Paul II une lettre, qui m’a valu d’être plus ou moins bien reçu dans une certaine presse catholique. »

« Je comprends »

Quoi qu’il en soit, Guy Bedos affirme également comprendre les réactions des musulmans face à l’obsession de certains caricaturistes de dessiner le prophète Mahomet partout. Il invite d’ailleurs la plupart, y compris son fils Nicolas Bedos de « réfléchir » sur la question avant de reprendre le crayon et en faire davantage, ne serait-ce que « par respect pour des êtres humains ».

« Je n’étais pas dingue de ces caricatures de Mahomet, se souvient-il, cela ne me paraissait pas être une urgence. […] Je comprends des hommes, des femmes musulmans qui sont choqués par tout ce qui se passe, qui n’adhèrent pas. […] Je comprendrai qu’un dessinateur ou journaliste puisse gommer ce qu’il veut diffuser par respect pour des êtres humains. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.