Madagascar – Ravalomanana ne constitue pas une menace mais il est quand même surveillé

0
93

Cinq ans et 7 mois, c’est la durée de l’exil de l’ancien président malgache Marc Ravalomanana en Afrique du Sud. Il a signé son retour et a atterri sur le sol malgache ce matin à 4 heures. Cette nouvelle a rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Très tôt, les partisans de l’ancien président se sont rendus à son domicile à Faravohitra. Marc Ravalomanana a rencontré également la presse locale. Il a déclaré : « quand je suis parti, j’étais au pouvoir, on me l’a enlevé. Maintenant je suis là, c’est au peuple de décider ».

Vers 14h, les forces de l’ordre sont venues à son domicile pour l’arrêter. Ils ont fouillé de fond en comble la résidence de Marc Ravalomanana après avoir forcé le portail en tirant sur la serrure. Il a été amené au camp Ratsimandrava. Selon les déclarations du locataire d’Iavoloha « Marc Ravalomananana n’a pas été arrêté, n’a pas été emprisonné, mais a été mis en sécurité à l’abri des différentes menaces qui pèsent contre lui. Les forces de l’ordre ont décidé de prendre leur responsabilité. »

Des provocations selon le président Héry Rajaonarimampianina

Vers 18 h, le président de la République de Madagascar, Héry Rajaonarimampianina, a tenu un point de presse au Palais d’État d’Iavoloha, après avoir tenu une réunion d’urgence avec son cabinet. Voici ce qu’il a déclaré :

« Marc Ravalomanana est arrivé à Madagascar cette nuit. Il n’a pas estimé nécessaire d’en informer au préalable le gouvernement tout comme il n’a pas jugé nécessaire de demander d’autorisation. Il est vrai qu’un citoyen malgache peut circuler normalement sur lle territoire national. Mais le cas de Marc Ravalomanana est particulier, il s’agit de sa sécurité personnelle et de la sécurité publique. Les déclarations de Marc Ravalomanana de ce matin sont des provocations flagrantes. Il piétine sciemment le choix du peuple malgache. Ce n’est pas tolérable ». « L’avenir de Marc Ravalomanana se décidera dans le cadre d’une discussion ultérieure » a conclu hery Rajaonarimampianina.

Affaire à suivre, donc.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.