Liberté de la presse : « régression brutale » en 2014 selon Reporters sans frontières

0
71

Le classement annuel de Reporters sans frontières, publié ce jeudi 12 février est loin d’être reluisant pour les médias puisque l’ONG a relevé que la liberté de la presse a connu une « régression brutale » en 2014.

« Une détérioration globale »

Alors que la Finlande conserve, cette année encore – et pour la cinquième année consécutive – la première place du classement, suivi cette fois de la Norvège et du Danemark, la plupart des pays ont chuté dans leur position. Cette nette régression de la liberté de la presse s’explique par le fait que « Il y a eu une détérioration globale, liée à des facteurs très différents, avec l’existence de guerres de l’information, l’action de groupes non étatiques qui se comportent en despote de l’information ». L’ONG d’ajouter que « De Boko Haram au groupe Etat islamique, en passant par les narcotrafiquants latinos ou la mafia sicilienne, les motivations varient mais le modus operandi est le même : réduire au silence, par la peur ou par les représailles ». Ces situations expliquent d’ailleurs pourquoi le Nigéria, l’Irak et la Syrie se retrouvent respectivement à la 111e, à la 156e et à la 177e place sur 180. De son côté, la France gagne un point et se retrouve au 38e rang – le classement n’ayant pas pris en compte l’attaque contre Charlie Hebdo qui s’est produit en janvier dernier. Si plusieurs petits Etats européens chutent dans le classement – à l’exemple de Luxembourg qui passe de la 4e à la 19e place – les pays africains figurent toujours parmi les plus mal classés. Les pays les plus dangereux étant le Turkménistan (178e), la Corée du Nord (179e) et l’Erythrée, à la dernière place.

Pour Reporters sans frontières, « 2014 est l’année d’une régression brutale pour la liberté de l’information. Les 2/3 des 180 pays (classés par RSF) font moins bien que dans l’édition précédente ».

la liberté de la presse en 2014

Le classement se base sur sept indicateurs : le niveau des exactions, l’étendue du pluralisme, l’indépendance des médias, l’environnement et l’autocensure, le cadre légal, la transparence et les infrastructures.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.