L’exécution d’une militante des droits des femmes par l’Etat islamique condamnée par l’ONU

0
141

Samira Salih Al-Nuaimi est son nom.  C’est une avocate irakienne qui évoluait également en tant que militante des droits des femmes. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, cette défenseuse des droits des femmes a subi des tortures avant d’être assassinée à Mossoul.

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a affirmé que des djihadistes de l’Etat islamique ont été derrière l’enlèvement de Samira Salih Al-Nuaimi, une militante des droits des femmes. Après qu’elle soit arrêtée à son domicile, elle est ensuite emmenée dans un lieu secret.  Les djihadistes ont perpétré cet acte, parce qu’elle avait fait la publication de commentaires sur Facebook en révoquant la destruction de bâtiments religieux à Mossoul qui est la plus grande ville emparée par les djihadistes de l’El depuis juin dernier.

Ses ravisseurs l’ont accusée d’avoir renoncé à l’Islam et  c’est un tribunal islamique qui a ordonné son exécution en public. C’est 5 jours plus tard que les membres de sa famille ont été invités à la morgue pour identifier le corps de Samira Salih Al-Nuaimi. Cependant, l’Etat islamique ne s’en est pas seulement  prise à elle, il avait également commandité l’assassinat de deux candidates à des élections locales dans la province de Ninive. Selon la Mission d’assistance des Nations Unies en Irak, l’El a déjà exécuté plusieurs femmes à savoir des avocates, des médecins et des enseignantes.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.