Les organes pourront être prélevés sans l’avis des familles

0
9

Le projet de loi de Santé a été légèrement modifié par les députés français en faisant en sorte que le renforcement du consentement présumé au don d’organes laisse la voie à d’autres possibilités autre que ces consentements des familles. En effet, l’avis de celles-ci ne serait plus obligatoire et la modification apportée précise que les familles seront justes « informées » en cas de prélèvement d’organes d’un membre de leurs familles.

Une modification qui sauverait plusieurs vies

Cette nouvelle mesure pourrait être considérée comme choquante par les familles des patients. Toutefois, en se contentant de simplement informer les familles, il semblerait que cela sauverait plusieurs vies en résolvant les problèmes des dons d’organes. Le projet de loi modifié a donc conservé le fait que le consentement au don d’organes est présumé chez toute personne majeure décédée. Cependant, malgré la disposition législative, les médecins qui pratiquent les prélèvements d’organes sur les patients décédés trouveraient, selon le politicien socialiste Gérard Sebaoun, cette nouvelle mesure « brutale pour les familles », en ajoutant que « personne ne prélèvera un organe si la famille n’y consent pas ».

 

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR
L'écriture est une passion qui dévore l'âme ;)