Les femmes soldats : armes contre les djihadistes de l’Etat Islamique

0
248

Depuis quelque temps, les Emirats Arabes Unis, ont médiatisé la participation d’une femme-pilote dans les frappes contre l’Etat Islamique. Une stratégie, car c’en est une, qui vise à déstabiliser les djihadistes.

Un symbole au sens fort

Mariam Al-Mansouri, la première femme pilote de l’armée de l’air émiratie est devenue le symbole fort de cette lutte contre l’Etat Islamique avec sa participation aux frappes de la coalition en Syrie. Lors de sa récente apparition à la télévision d’Etat d’Abu Dhabi, la jeune femme de déclarer « L’homme et la femme ont le droit d’intégrer tous les domaines pour se hisser au plus haut niveau. » Une déclaration qui n’est autre qu’un affront à l’Etat Islamique qui est loin d’avoir un tel regard sur la femme. Et ce d’autant plus qu’une rumeur véhiculée par les Peshmergas, « ceux qui affrontent la mort », explique que « Les djihadistes craignent d’aller en enfer s’ils sont tués par les femmes. » Une affirmation contredite par Mathieu Guidère, un spécialiste du monde arabe, qui explique que « la mise en avant des femmes combattantes fait clairement partie d’une stratégie de propagande pour humilier l’Etat Islamique. Ils devront se battre contre des femmes, alors qu’ils les considèrent comme inférieurs aux hommes. »

Mariam al-Mansouri

La participation de Mariam Al-Mansouri aux frappes contre l’Etat Islamique n’est d’ailleurs pas passé inaperçu par le groupe qui n’a pas tardé à proférer des menaces à son encontre.

Les femmes soldats, un message clair

Les femmes soldats kurdes sont un exemple flagrant de femmes-soldats dans cette lutte contre les djihadistes de l’EI. En effet, crée depuis plus de vingt ans, le corps d’armée féminin kurde est un symbole de l’émancipation des femmes prêtes à se battre pour une cause. Et leur participation dans le conflit contre l’Etat Islamique est d’autant plus importante qu’elles luttent également contre l’oppression et le mépris de la femme et de ses droits, incarné par les islamistes. Ces femmes soldats kurdes sont donc le talon d’Achille des djihadistes de l’Etat Islamique ; et comme l’explique l’une d’entre elle « ces hommes se pensent supérieurs, en droit de réduire les femmes à l’esclavage, mais ils tremblent comme des feuilles mortes à la simple vue d’une silhouette féminine sur le champ de bataille. »

2954589f

Loin d’être inutile dans cette lutte contre l’EI, les femmes-soldats ne sont autre que des atouts considérables pour l’opposition armée.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.