La création de l’Etat Islamique planifiée dans un camp de prisonnier américain ?

0
78

Suite à un entretien avec un des responsables de l’État Islamique, The Guardian, raconte en détail comment les djihadistes emprisonnés dans le camp de Bucca, un ancien centre de détention américain en Irak, ont planifié la mise en place du groupe islamiste.

« Bucca était une usine »

L’article sorti sur le site internet du quotidien britannique The Guardian est le fruit de deux ans d’entretien du journaliste Martin Chulov – reporter au Moyen Orient – et Abu Ahmed, un des principaux leaders de l’État Islamique. Si ce djihadiste s’est décidé à raconter les origines de l’EI c’est parce que les nouvelles aspirations du groupe sont désormais « en contradiction avec ses propres idées ».

Prisonnier en même temps qu’Abu Bakr al-Baghdadi le leader actuel de l’État Islamique, Abu Ahmed d’expliquer que « personne n’a jamais pensé qu’il deviendrait un leader ». En effet, selon les explications du djihadiste, Baghdadi était une personne distante des autres prisonniers mais qui entretenait des relations privilégiés avec les geôliers américains. Fils d’une grande lignée et jeune leader d’un groupe d’insurgés sunnites, Baghdadi a gravé petit à petit les échelons de l’organisation pour détenir à ce jour les commandes de l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL). Comme le raconte Abu Ahmed, le « calife » de l’EI a été libéré en décembre 2004 et était à l’époque « très respecté par l’armée américaine » qui était dupe de ce qui se passait sous leur nez parce que « S’il n’y avait pas eu de prison américaine en Irak, il n’y aurait pas d’EI aujourd’hui. Bucca était une usine. Elle nous a fabriqués. Elle a construit notre idéologie ».

le camp de Bucca a permi aux futurs leaders de l'EI de planifier leur coup

« L’environnement idéal »

La prison était devenue le point de rencontre de tous les princes qui s’étaient rapprochés pour tout planifie. Avec le temps qu’ils passaient à s’asseoir et à se parler, Abu Ahmed de décrire que « C’était l’environnement idéal. Nous avons convenu de nous rassembler une fois dehors. Et c’était simple de garde le contact. »

Abu Bakr al-Baghdadi, le dirigeant de l'Etat IslamiqueAfin d’expliquer le rôle grandissant de Baghdadi au sein de l’organisation, Abu Ahmed d’expliquer que « Al-Baghdadi était sans pitié. Il est le plus sanguinaire de tous ». Suite à son entretien avec Martin Chulov, ce responsable de l’État Islamique de déplorer « J’ai sous-estimé Baghdadi. Et les États-Unis ont sous-estimé le rôle qu’ils ont joué dans ce qu’il est devenu ».

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.