Kobané : les Etats-Unis et la Turquie viennent en aide aux combattants kurde

0
86

Kobané devient un symbole de lutte contre l’Etat Islamique. Si depuis le début du conflit, les combattants kurdes pouvaient compter sur les frappes aériennes de la coalition internationale, à compter de dimanche, l’armée américaine a également décidé de larguer des armés, des munitions et du matériel médical aux kurdes afin de renforcer leur défense.

La Turquie, un soutien inattendu

Pour la première fois depuis que la bataille a éclaté en Kobané entre les djihadistes de l’Etat Islamique et les combattants kurdes, des renforts en armes, en munitions et en matériel médical parviennent aux kurdes, largués par les Etats-Unis via des avions cargos. A ce soutien matériel, s’ajoute le renforcement de nouvelles frappes aériennes dans le but de repousser toutes tentatives de l’EI dans la prise de la ville. Pour expliquer cette décision américaine, le secrétaire d’Etat, John Kerry, de déclarer que  « Il serait irresponsable et moralement très difficile de ne pas aider » les kurdes à combattre cet ennemi commun. Dans un communiqué, le Centre de commandement américain pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale ou Centcom a d’ailleurs tenu à dévoiler que « Tout indique que les frappes aériennes, combinées à une résistance farouche au sol contre l’EIIL, ont ralenti l’avance de l’EIIL dans la ville, tué des centaines de ses combattants et détruit ou endommagé des quantités massives de pièces d’artillerie et de positions de combat. »

l'armée américaine largue des armes aux kurdes de Kobané

La Turquie, de son côté, a annoncé lundi son soutien aux combattants kurdes de Kobané, même si jusque-là le gouvernement turc a toujours refusé d’intervenir militairement pour venir en aide aux défenseurs de la ville. En guise de première mesure concrète, les peshmergas irakiens sont désormais autorisés à rejoindre Kobané via la frontière turque. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, de déclarer que « Nous aidons les forces des pershmergas kurdes à franchir la frontière pour aller à Kobané » tout en ajoutant que « Nous n’avons jamais voulu que Kobané tombe. La Turquie a mené différentes initiatives pour l’empêcher. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.