Kiss of love : campagnes pour la liberté individuelle en Inde

0
105

L’Inde, pays conservateur s’il en est, est depuis quelques semaines le théâtre d’une contestation non violente pour le moins originale qui consiste à s’embrasser en public.

Tout cela a commencé dans la ville de Kozhikode, au nord de l’état du Kerala quand une chaîne de télévision privée a diffusé les images d’un couple en train de s’embrasser dans un restaurant qui a été accusé de servir de cadres à des « activités immorales ». Ces images ont provoqué la colère d’un groupe de jeunes, apparemment membres du parti nationaliste au pouvoir Bharatiya Janata Party, qui sont venus détruire le restaurant en représailles. En effet toute démonstration d’affection en public est qualifiée d’actes indécents et prohibée en Inde, elle peut valoir jusqu’à trois mois de prison à ses auteurs.

En réponse, un mouvement de protestation réunissant de jeunes Indiens  qui se qualifient eux-mêmes de « libres penseurs » a vu le jour. Ce mouvement appelé « KISS OF LOVE » répond à la morale stricte en vigueur dans le pays, où la police est habilitée à réprimer tout acte jugé vulgaire, y compris un couple marchant ensemble dans la rue, se tenant par la main ou encore s’embrassant. Très présent sur les réseaux sociaux, il a sa propre page facebook où un appel à manifester a été lancé dans la ville de Kochi, capitale du Kerala pour le 2 novembre. Des dizaines de milliers de personnes ont déjà aimé la page.

Au cours de la manifestation, quelques dizaines de personnes y compris les organisateurs ont été arrêtées pour troubles à l’ordre public. A peine les manifestants étaient-ils installés que des heurts avec des jeunes membres de partis conservateurs se sont produits. Venus s’opposer à la manifestation, deux d’entre eux auraient d’ailleurs agressé des protestants. La police, qui a refusé de donner son feu vert à ce rassemblement, a utilisé des matraques et des grenades au poivre pour les disperser. L’un des organisateurs, Farmis Hashim a fait remarquer que les extrémistes hindous et musulmans habituellement dressés les uns contre les autres étaient pour une fois ligués mais contre eux.

Cette campagne qui veut sensibiliser au problème  du « contrôle moral » exercée par le pouvoir en place s’est défendue de n’être qu’une « fête du baiser ». Dans un communiqué sur sa page facebook, on peut lire : « le seul motif de notre campagne est de s’opposer au fascisme culturel et aux mouvements fondamentalistes et réactionnaires qui encouragent la police morale, obstacle majeur à la liberté individuelle en Inde ».

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.