Un père de famille contraint de choisir de sauver l’une de ses jumelles atteintes du syndrome d’Alagille

0
28
pere

Ne pouvant faire don de son foie qu’à l’une de ses filles jumelles, un père de famille décide de laisser le choix entre les mains de l’équipe médicale.

Dans l’incapacité de choisir quel enfant sauvé

Michael Wagner, père de sœurs jumelles adoptées au Vietnam en 2012, a été confronté à un choix impossible quand ses deux filles ont été diagnostiquées du syndrome d’Alagille, une maladie héréditaire qui attaque le foie, le cœur et plusieurs autres organes à la fois. Hospitalisées depuis quelques semaines, les deux petites filles âgées actuellement de trois ans nécessitent une transplantation qui leur est d’une importance vitale. Du coup, le père décide de faire don d’une partie de son foie mais n’a pas pu choisir à laquelle des sœurs jumelles il allait le faire. C’est donc l’équipe médicale qui s’est chargée de choisir la petite fille qui allait bénéficier du don de son père et c’est Phuoc qui a été choisie en fonction de ses données médicales.

Dans l’attente d’un donneur compatible

La greffe réalisée sur l’une des jumelles a été une réussite, selon la déclaration faite par les médecins jeudi 12 janvier. Le père dont un prélèvement de 10% à 15% a été réalisé sur son foie, devrait quant à lui se remettre entièrement de son opération dans 8 à 12 semaines. De son côté, l’autre jumelle dénommée Binh est toujours dans l’attente d’un donneur compatible, étant donné que le père ne pouvait être opéré qu’une seule fois. Les médecins ont par ailleurs souligné qu’un donneur vivant pouvait donner jusqu’à 70% de son foie car l’organe est capable de reprendre sa taille normale au bout de plusieurs semaines.

Un appel au don sur Internet

Johanne, la mère des deux jumelles et également mère de 7 autres enfants dont deux autres également adoptés au Vietnam, n’a par ailleurs pas encore passé les examens nécessaires pour définir sa compatibilité au don. Avec son mari, ils ont décidé d’attendre que Mr Wagner soit complètement rétabli avant de passer le test. Ainsi il y aura toujours quelqu’un pour s’occuper des enfants au cas où les choses tourneront mal. Par ailleurs, la famille de neuf enfants a décidé de créer une page sur Facebook afin de lancer un appel aux dons pour sauver la petite Binh. 400 dossiers de donneurs anonymes sont déjà en cours d’examen auprès de l’hôpital où les jumelles sont soignées. Un autre appel aux dons est également en cours sur le site Gofundme pour aider la petite famille à prendre en charge les dépenses occasionnées par les opérations et les soins hospitaliers.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.