Jordanie : Amman prêt à négocier l’échange de prisonniers avec l’Etat Islamique

0
29

C’est dans l’après-midi du mardi 27 janvier que l’Etat Islamique a lancé son ultimatum aux autorités jordanienne : la libération de Maaz al-Kassasbeh, le pilote Jordanien, et de Kenji Goto, le journaliste Japonais, contre celle de Sajida al-Rishawi, la djihadiste irakienne détenue en Jordanie.

Le délai expiré

L’Etat Islamique avait donné 24 heures aux autorités jordaniennes pour libérer Sajida al-Rishawi où il exécuterait Maaz al-Kassasbeh et Kenji Goto. Un ultimatum qui aurait expiré ce mercredi 28 janvier à 14 heures GMT (15 heures à Paris) d’après Tokyo. Le sort du pilote Jordanien et du journaliste Japonais ont été le sujet d’une négociation intense entre Amman et l’Etat Islamique. Si la Jordanie se disait prête à recourir à l’échange, les autorités jordaniennes ont tout de même précisé ses conditions, à savoir, une preuve de vie de Maaz al-Kassasbeh. Vers 14h50 GMT, soit cinquante minutes après l’expiration du délai, Nasser Joudeh, le ministre jordanien des Affaires étrangères avait posté sur Twitter « Nous avons demandé depuis un moment des preuves que le héros Maaz est en vie et en sécurité mais nous n’avons reçu ». De son côté, Mohammad Al-Momeni, le porte-parole du gouvernement, de déclarer sur la télévision d’Etat que « La Jordanie est tout à fait prête à libérer la prisonnière Sajida Al-Rishawi à condition que le pilote Jordanien soit libéré sain et sauf ». Sans mentionner une seule fois, l’otage Japonais, le porte-parole de poursuivre « Depuis le début, la position de la Jordanie a été d’assurer la sécurité de notre fils, le pilote Maaz al-Kassasbeh ».

A Tokyo, les pressions sont les mêmes et depuis l’exécution du premier otage Japonais, Haruna Yukawa, les autorités japonaises n’ont cessé de réclamer la libération du journaliste Kenji Goto. Face à la nouvelle menace de l’Etat Islamique, le premier ministre Shinzo Abe de déclarer « Nous sommes dans une situation extrêmement difficile et j’ai demandé aux ministres d’agir de façon unie pour faire libérer au plus tôt M. Goto ».

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.