Emigration croissante des jeunes issus du Groenland vers le Danemark

0
24

Le territoire autonome de Groenland compte 55 000 habitants. Un accord de 2009 permet au Groenland de déclarer son indépendance à son gré. Toutefois, ce pays est actuellement dépendant d’une subvention annuelle d’environ 500 millions d’euros de Copenhague. De plus, le pays rencontre de nombreuses difficultés sociales en termes de chômage, de santé et d’éducation. En effet, près de 62% des Groenlandais compris entre 16 et 18 ans quittent l’école.

En 25 ans, le Groenland fait face à une émigration croissante de 500 personnes par an, comprenant un nombre élevé de jeunes formés ou susceptibles de l’être.

Les avis résignés des jeunes Groenlandais résident au Danemark

D’après Angunguak Egede, venu vivre au Danemark en 2004, 28 ans, employé à la mairie de Copenhague, les villes danoises permettent aux jeunes émigrés de mener une vie plus dynamique qu’au Groenland.

Les formations à l’enseignement supérieur, les loisirs tels le cinéma, sont variés et accessibles au Danemark. Tandis qu’au Groenland, un seul cinéma existe à Nunk, dans la capitale, tandis que la première piscine publique n’est apparue qu’en 2003, et Coca-cola est venu au Groenland, seulement cinq années auparavant.

Thomas Johansen, un étudiant ingénieur de 28 ans, originaire d’Ilulissat à l’ouest du Groenland, estime que même s’il ressent une certaine responsabilité envers son pays de naissance, les opportunités dans d’autres pays sont attirantes.

Quant à Naja Motzfeld, étudiante en management, qui projette de revenir à Qagortop, au sud du Groenland, une ville de 3200 âmes, elle estime que malgré le retour de quelques concitoyens, la majorité des émigrants, refusent de revenir au pays en raison de « l’étroitesse » au niveau du contact humain, et du mode déplacement compliqué, car il faut prendre un avion ou un bateau, pour aller d’une ville à l’autre.

Selon Torben Andersen, président du Conseil économique du Groenland, la fuite des cerveaux est réelle. Les Groenlandais sont nombreux à franchir les frontières à la recherche d’une formation ou d’un emploi inexistant sur place.

Le premier ministre Kim Kielsen précise que des aides sont disponibles pour payer les emprunts étudiants après un retour au pays. Par ailleurs, le Groenland assure sa promotion lors des salons de l’emploi au Danemark.

L’éloignement, le manque d’infrastructures et le démarrage difficile des secteurs miniers et du tourisme ne favorisent pas la création d’emplois dans un pays qui perd un peu plus, chaque année, une grande partie de ses jeunes qui émigrent vers un meilleur avenir.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR