Visite officielle du Président Turc en Iran ce mardi sur fond de polémique sur le cas du Yémen.

0
16

La présidence iranienne a annoncé la visite officielle, du président turc Recep Tayyip Erdogan pour le mardi 7 avril 2015.

Cette visite est fortement critiquée par les journaux, et les députés conservateurs iraniens, qui plaident pour son annulation, suite à des propos jugés polémiques du président Erdogan.

Le 26 mars 2015, la coalition arabe dirigée par l’Arabie Saoudite a organisé des raids à l’encontre des rebelles chiites, soutenus par Téhéran, qui ont contrôlé une grande partie du territoire du Yémen.

La Turquie a apporté son soutien à cette intervention de la coalition arabe, en apportant une mission de formation militaire, et un partage des renseignements, mais ne participe pas militairement à l’opération. De plus, le président Erdogan avait critiqué la domination, de l’Iran au Yémen en l’appelant à retirer les forces iraniennes installées au Yémen, en Syrie et en Irak.

A l’époque, le Ministre iranien des Affaires Etrangères, en accusant Ankara de provoquer l’instabilité au Moyen Orient, a convoqué le chargé d’affaires turc de l’Ambassade, sis à Téhéran, pour apporter des éclaircissements sur les accusations du président islamo-conservateur turc.

Par ailleurs, la Turquie et l’Iran ont des positions différentes sur la Syrie. Si Ankara est favorable à la rébellion, Téhéran soutient le président Bachar al-Assad.

Une visite qui se tiendra, malgré les différences de point de vue.

Cette visite est la deuxième pour Erdogan après son premier voyage de janvier 2014, lorsqu’il était premier ministre. Quand au président iranien Hassan Rohani, il est venu en Turquie en juin 2014.

L’objet de la visite porte sur plusieurs points. Le premier point concerne la promotion des rapports commerciaux, entre les deux pays qui sont voisins, leurs échanges commerciaux en 2015, est prévu avoisiner les 30 milliards de dollars. Le deuxième volet consiste, au règlement d’un différend sur le prix du gaz iranien, exporté en Turquie considéré comme trop cher par Ankara.

La rencontre d’Erdogan avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, ainsi qu’une série de négociations entre les deux présidents turc et iranien, et les ministres concernés, font partie du programme.

Les deux président Erdogan et Rohani, participeront également à la econde réunion du « haut conseil de coopération bilatérale » et auront des discussions «sur les questions régionales et internationales ».

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR