Insolite : un jeune homme se fait passer pour mort afin d’éviter la prison

0
121

Pour éviter d’aller en prison, il faut croire que tous les moyens sont bons pour cette famille qui a décidé de faire croire à la justice que leur fils de 25 ans, accusé de meurtre, est décédé en 2011, acte de décès à l’appui.

De retour devant les assises

Les faits se sont déroulés le 27 mars 2011 lorsque Hassan, notre « ressuscité », poignarde à cinq reprises, Medhi, son ami d’enfance pour une histoire de chien dans le quartier de Belleville à Paris. Suite à cet acte macabre, le suspect se volatilise et fuit au Maroc pour se réfugier auprès de son père et échapper à la justice française. Visé par un mandat international suite à sa désertion, Hassan a été couvert par sa famille qui décide de se lancer dans un mensonge éhonté en annonçant son suicide, un acte résultant du regret suite au meurtre de Medhi. En guise de preuve, un certificat de décès avec l’en-tête du ministère de l’Intérieur a même été délivré. Malgré cela, la justice française a continué ses investigations et au moyen d’écoutes téléphoniques, les autorités se sont rendu compte de la supercherie. La sœur de Medhi, Inès, alors de déplorer, « Ils ont osé inventer la mort du meurtrier de mon frère. Cela montre qu’ils n’ont pas d’humanité, pas de conscience. »

Depuis juin 2012, la mère d’Hassan, ses deux frères ainsi que sa petite amie, qui a accouché d’une petite fille entre temps, ont été mis en examen et seront envoyés devant un tribunal correctionnel pour usage de faux et faux témoignage. Hassan, quant à lui, est de nouveau renvoyé aux assises pour meurtre, mais force est de constater qu’à l’heure actuelle, le Maroc refuse toujours de l’extrader vers la France.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.