Inde : deux adolescentes violées par cinq hommes et pendues retrouvées

0
247

Violées en réunion par cinq hommes, deux adolescentes de 14 et 15 ans ont été retrouvées sans vie dans le nord de l’Inde, un pays où les violences sexuelles sont répandues, dont les victimes sont le plus souvent issues de milieu pauvre et marginalisé.

Elles se seraient suicidées

Ces deux adolescentes issue des Intouchables, une population discriminée, avaient disparus dans la soirée du mardi alors qu’elles étaient parties dans un champ pour faire leur besoin, faute de toilettes dans leurs domiciles, d’après les médias locaux. Leurs corps n’ont été retrouvés le lendemain de leur disparition par des villageois. L’autopsie a permis d’établir que les deux jeunes filles ont été violées à maintes reprises avant de conclure leurs pendaisons par un suicide. En effet, Atul Saxena, le chef de la police de Budaun a déclaré à l’AFP « Le rapport penche pour une pendaison avant la mort, ce qui signifierait que les jeunes filles se sont suicidées ». Cependant, ce premier bilan ne sera confirmé qu’après des enquêtes plus approfondies.

Face à cette tragédie, les familles des deux cousines accusent la police de ne pas avoir réagi à temps à l’annonce de la disparition en voulant protéger leurs agresseurs.

deux adolescentes pendues après leur viol collectif

L’arrestation du principal suspect

Une plainte a été déposée par les proches des victimes contre cinq hommes, pour trois chefs d’accusations : viol en réunion, meurtre et agression sexuelle sur mineurs. Le principal suspect, nommé Pappu se trouve déjà entre les mains des autorités et « Une équipe de 50 policiers est à la recherche des accusés en fuite », toujours d’après le chef de la police. Malgré le durcissement de la loi sur les viols en Inde, ces violences tendent à faire penser que le problème est bien plus profond et qu’il convient en premier lieu de changer les comportements envers les femmes.

En dépit des promesses du gouvernement pour améliorer la sécurité des femmes, il semblerait que les hommes soient toujours mis sur un piédestal en Inde. Et pas plus tard que le mois dernier, le chef du gouvernement dans l’Attar Pradesh, Mulayam Singh Yadav, a déclaré sans ambages lors d’un meeting qu’il ne pouvait accepter la peine de mort pour les violeurs en série, tout simplement parce que « ce sont des garçons, ils peuvent faire des erreurs ».

le viol collectif a eu lieu malgré le durcissement des lois contre le viol

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.