Ile-de-France : le vote FN fait reculer le front républicain

0
36

Les élections départementales confirment une tendance maintes fois redoutée par le front républicain. Le vote FN progresse en grande couronne. Les causes principales sont liées à la déception, voire le découragement du milieu ouvrier face aux politiciens au pouvoir et les électeurs qui optent pour le FN opposent un vote de défiance envers la gauche, selon Antoine Jardin, spécialiste des votes et des inégalités urbaines au centre d ’études européennes de Sciences Po.

Hormis la Seine Saint-Denis, les Hauts de Seine et le Val-de Marne, le Front national gagne du terrain en Ile de France, lors du premier tour des élections départementales.

La Seine-et-Marne, acquise à la cause du FN ?

Dans le Val d’Oise, le Front national confirme sa présence au second tour dans 16 cantons sur 21. Si Goussainville, qui affiche un chiffre de 32% ,arrive en tête, les Yvelines ne sont pas en reste avec la percée du parti de Marine le Pen dans 7 cantons sur 21.

Le FN sera également représenté dans l’Essonne à Evry, le fief de l’actuel premier ministre, Manuel Valls.

La Seine-et-Marne, bastion de la gauche depuis 2004, bascule du côté du Front national, à son tour. C’est le plus vaste département rural d’Ile-de-France, où le Front national caracole avec 31,20% des voix, suivi par l’UMP avec 26,8%. Quand à la gauche avec 13,78 %, elle sera en ballotage dans 7 cantons sur 23. Ce dimanche, le parti de Marine le Pen figurera dans 19 cantons. De plus, le FN domine dans 8 cantons, et sera confronté à la gauche dont 3 autres cantons.

Les constats désabusés du Parti Socialiste

Du côté du Parti Socialiste, le bilan a un goût amer. D’après le président socialiste sortant, Vincent Eblé, la lacune vient de la désunion des formations politiques de la majorité, face à une défaite prévue d’avance. Au bureau départemental, Philippe Sainsard, premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste de Seine-et-Marne, a expliqué que les mauvais résultats prévisibles de la gauche sont dus à la division du parti socialiste. Il ajoute que la gauche accuse un mauvais score dans les cantons, où elle a déjà perdu aux municipales.

Les électeurs de la Seine-et-Marne sis à la périphérie de l’Ile-de-France ressentent une sorte de « relégation avec les réductions ou suppressions de certains services publics ». Tous ces manquements de la gauche favorisent la percée du Front national, selon Philippe Sainsard et il lance, en concluant, un appel à faire barrage au parti d’extrême-droite lors du second tour.

Le FN : un score qui progresse

Quand à la fédération du FN en Seine-et-Marne, elle commente ses résultats en forte croissance, par une présence massive et populaire du parti de Marine le Pen en zone rural. « Nous défendons la cause agricole » se réjouit Renaud Persson, secrétaire départemental.

Selon Antoine Jardin du centre des études européennes de Sciences Po, au fur et à mesure que l’esprit du front républicain diminue, le FN progresse en termes de suffrages exprimés. Ainsi, le Front National connaîtra certainement des résultats favorables dans les batailles électorales face au PS.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.