Hervé Gourdel : les assassins ont été identifiés par l’armée algérienne, mais son corps reste introuvable

0
55
herve_gourdel

Les assassins de Hervé Gourdel, l’ex-otage français décapité par un groupe djihadiste algérien, en semptembre, ont été identifiés par l’armée algérienne. Les recherches se poursuivent par ailleurs, en Kabyllie, pour tenter de retrouver son corps.

La première victime française d’un groupe appartenant à l’Etat Islamique

Hervé Gourdel est un guide de haute montagne français, retenu en otage et décapité par un groupe djihadiste algérien dénommé Soldat du Califat, en septembre dernier. Il est officiellement le premier français et la seule victime d’un groupe de terroriste algérien qui reconnait la souveraineté de l’Etat Islamique. Hervé Gourdel a été tué d’une manière atroce, juste parce qu’il venait de la France, un pays qui a refusé d’arrêter l’Opération Chammal contre l’Etat Islamique en Irak. Décapité par ses ravisseurs, son assassinat a été filmé et publié sur Internet.

5 assassins identifiés

L’armée algérienne a publié un communiqué sur leur site officiel, selon lequel le groupe de terroristes qui a séquestré et tué le français Hervé Gourdel, a été démasqué. Les hommes de l’armée algérienne ont également retrouvé divers objets personnels ayant appartenu aux ravisseurs, sur le campement qui leur servait d’abri. Parmi les cinq assassins qui ont été identifiés, l’armée a retenu le nom de celui qui a décapité le guide français. Il s’agit de Jund Al-Khilafa, un vétéran des groupes armés islamistes de la guerre civile de 90. Un homme de 54 ans qui a déjà été en prison pour avoir tué 200 000 personnes, en une décennie. Le reste de son groupe était âgé entre 20 et 54 ans, et proviennent notamment des villes de Bouira et Boumerdès.

Le corps de Hervé Gourdel introuvable

A ce jour, l’armée algérienne déploie tous les moyens possibles pour retrouver le corps du français Hervé Gourdel. Les recherches se poursuivent à Kabylie, l’endroit où le campement des terroristes a été repéré. Un millier de gendarmes et de parachutistes effectuent des recherches en permanence dans la forêt d’Aït Oubane, à proximité du lieu où a eu lieu le raft. Dans cette même quête, l’armée tente également de retrouver le chef de Jund Al-Khilafa, Abdelmalek Gouri, alias Khaled Abou Souleimane.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.