Guyane : un premier décès causé par le chikungunya

0
15

Une guyanaise a succombé au virus du chikungunya dans la nuit de samedi à dimanche.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) et la préfecture ont publié un communiqué, mercredi, annonçant le « premier décès » dû à « l’épidémie du chikungunya », en Guyane. L’ARS a précisé que la femme d’une quarantaine d’années n’avait « pas d’antécédents particuliers ». Le 2 février, elle s’est rendue « aux urgences du centre hospitalier de Cayenne » et a été « hospitalisée dans le service de l’UMIT (Unité des Maladies Infectieuses) » puis transférée « en service de réanimation le vendredi 6 février ». En vue de « la dégradation de son état clinique », elle a été transportée « vers le centre hospitalier de Fort-de-France a été décidée le 7 février, mais la patiente est décédée au cours de son transfert vers la Martinique ».

Il s’agit du premier cas fatal dans ce département français, où les premiers cas ont été enregistrés en décembre 2013. Environ 11 877 personnes sont atteintes du chikungunya en Guyane. L’ARS indique que « le nombre de nouveaux malades est stable » et explique : « Depuis le début de l’épidémie en Guyane, nous avions déjà déploré une dizaine de formes sévères de la maladie mais aucune n’avait nécessité d’évacuation sanitaire, ni n’avait été fatale ».

Le chikungunya est une maladie infectieuse transmise par un virus, contracté par la piqûre des moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus. La maladie se manifeste par d’importantes douleurs musculaires.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.