Grozny : la capitale de la contestation anti-Charlie

0
69

Si la France est le pays qui a lancé le slogan « Je suis Charlie » après les attentats terroristes contre le journal satirique, un peu partout dans le monde, notamment dans les pays à confession musulmane, les manifestations anti-Charlie sont de plus en plus nombreuses depuis la dernière parution de Charlie Hebdo, une caricature de Mahomet à la Une.

« L’image du Prophète est intouchable »

Les attentats contre Charlie Hebdo demeurent au cœur de l’actualité depuis maintenant deux semaines et les manifestations se suivent et ne se ressemblent pas à travers le monde. D’une part, il y a ceux qui défendent les droits d’expressions du journal satirique en se proclamant « Je suis Charlie » et d’autre part, ceux qui crient au blasphème, comme le million de personnes rassemblés lundi à Grozny, la capitale Tchétchène. En effet, depuis la parution du dernier numéro de Charlie Hebdo, avec une caricature représentant Mahomet en Une, les manifestations anti-Charlie se sont multipliés auprès des pays à confession musulmane. Drapeaux français et effigies de François Hollande brûlés, menaces contre les Français, manifestations violentes aux abords des ambassades de France et marée humaine pour dénoncer les caricatures de Mahomet, les manifestations anti-Charlie revêtent diverses formes à travers le monde. La plus importante étant celle qui s’est déroulée le 19 janvier à Grozny, capitale de la Tchétchénie, une république musulmane du Caucase russe. Afin de manifester leur mécontentement suite à ce « blasphème », près d’un million de personnes ont répondu à l’appel de Ramzan Kadyrov, le dirigeant Tchétchène, selon des décomptes officiels.

Grozny, ce lundi

Au cours de ce rassemblement, Grozny est devenu en quelques heures la capitale du rassemblement anti-Charlie. Le président tchétchène alors de lancer « Ceci est une manifestation contre ceux qui insultent la religion musulmane » face à une foule qui scandait « Allah Akbar ».

Un drapeau français brûlé à Gaza

Au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, au Niger, à Gaza, les manifestations anti-Charlie sont loin d’être taries. Un jeune homme de 25 and, Matiullah Ahmadzai, aurait même lancé à l’AFP, « J’appelle le gouvernement afghan et d’autres pays islamiques à couper leurs liens diplomatiques avec la France ». De son côté, François Hollande de déclarer lundi soir à Paris « Nous n’insultons personne lorsque nous défendons nos idées » avant d’ajouter que « La France ne fait pas de leçon, à aucun pays, mais la France n’accepte aucune intolérance ».

les manifestations anti-Charlie répertoriées par l'AFP

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.