Banque : Michel Sapin évoque trois volets nécessaires pour la simplification quotidienne des usagers

0
25

Quelques jours avant les Assises nationales des moyens de paiement du 2 juin 2015, le gouvernement a évoqué le rôle du secteur bancaire dans la simplification des usagers, au quotidien.

Les requêtes du ministère des Finances, Michel Sapin portent sur trois volets précis : le premier volet porte sur la mobilité bancaire simple et gratuit, le deuxième volet concerne les petits paiements par carte bancaire, le troisième volet traite du lancement d’un comparateur public gratuit et en ligne des tarifs bancaires.

Si du côté de la FBF (Fédération bancaire française), les membres parlent d’une concertation qui est en cours, pour asseoir les Assises nationales des moyens de paiement, les consommateurs, les commerçants et les banques en lignes se réjouissent, pour leur part, des actions gouvernementales en la matière, selon l’AFP.

Au niveau de la simplification de la mobilité française, les banques et les associations de consommateurs ont abouti à un accord, au niveau du CCSF (Comité consultatif du secteur financier). Un amendement, à cet effet, a été « ajouté au projet de la loi Macron, lors de son passage au Sénat ».

Toutefois, Maxime Schipoy, du service des études « d’UFC Que choisir », estime que les banques doivent notamment prévenir leur ex-client, sur une période de 13 mois, sur toute activité de leur ex-compte et plaide pour une automatisation de cette « entrée en contact ».

En ce qui concerne les petits paiements chez les commerçants, par carte bancaire, sans montant « plancher », les banques imposent, actuellement, des seuils de paiement aux commerçants, « à cause des commissions à verser à chaque transaction ».

Si la FBF reconnait qu’une baisse des commissions sur « la partie fixe » est possible, Philippe Joyet, responsable des questions financières à la fédération des entreprises, du commerce et de la distribution trouve l’initiative gouvernementale positive quand à la « simplification de vie des commerçants et des consommateurs, Mr Schipoy ajoute, de son côté, qu’une baisse des commissions amènera une croissance des paiements par carte et une diminution de la circulation des transactions en espèces.

Enfin, au niveau du lancement, fin 2015, du comparateur public gratuit et en ligne, la FBF rappelle que des comparateurs privés existent déjà.

Pour Pascal Donnais, directeur général de la banque en ligne Fortuneo, ce comparateur public profitera au consommateur, pour une transparence accrue en termes de frais et de services bancaires, ainsi que les relations client et banque. Maxime Schipoy insiste sur la nécessité d’un comparateur performant, à l’usage des consommateurs, pour qu’ils puissent se retrouver au niveau des tarifs. 300 tarifs environ existent au sein d’une seule banque, selon Maxime Schipoy.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR