Retour sur la conversion à l’Islam de Gérard Depardieu, par Gérard Miller

0
39

Un documentaire de Gérard Miller sur Gérard Depardieu intitulé « Gérard Depardieu, l’homme dont le père ne parlait pas » et diffusé sur France 3, lundi soir, est revenu sur un fait mémorable, mais pourtant négligé de la vie de l’acteur français, à savoir sa conversion à l’Islam.

Une conversion à l’Islam après une révélation

Cette conversion date de 1967, après une révélation religieuse qui l’a touché après un concert d’Oum Kalthoum, la célèbre chanteuse égyptienne. Gérard Depardieu priait cinq fois par jour, et fréquentait la Grande Mosquée de Paris. Gérard Miller a confié que cela avait évoqué lors d’une précédente interview, et qu’à l’époque, cela n’avait pas intéressé grand monde.

Gérard Depardieu, un personnage complexe

En tant qu’acteur, Gérard Depardieu a remporté 15 Oscars, engendré environ 218 millions d’entrées au cinéma. En tant que personne publique, ses propos et actes arrangent ou dérangent les foules. Selon Gérard Miller, Gérard Depardieu a connu une enfance avec un père plutôt défaillant.

Pour compenser cette lacune paternelle, il a cherché « des pères de substitution tout au long de sa vie ». Des pères exemplaires tels Jean-Laurent Cochet, son professeur d’art dramatique, ou l’acteur Jean Carmet. Des pères plus discutables, à l’instar de Vladimir Poutine ou Kadyrov, le dictateur tchétchène. Il éprouve un besoin constant de créer avec l’autre « un rapport fils-père ».

Le psychanalyste Gérard Miller conclut, que le plus grand drame de la vie de Gérard Depardieu, c’est qu’il na pas pu assumer son rôle de père, notamment sur le cas de son fils Guillaume, qu’il n’a pas pu, ou su préserver.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR