L’Assemblée nationale a voté la généralisation du tiers payant

0
8

La mesure phare du projet de loi santé de Marisol Touraine, a été votée ce jeudi 9 avril à l’Assemblée nationale.

La ministre de la Santé a du faire face, durant plusieurs mois, à la réticence des médecins qui ont lancé maints appels à la grève et à la manifestation.

Deux heures de discussion à l’hémicycle ont abouti à ce vote, qui a uni le PS et le Front de Gauche, en confrontation avec l’UMP et le FN, et qui a recueilli 23 voix pour, et 12 contre.

La généralisation du tiers payant évite au patient d’avancer les frais de consultations en médecine de ville. Le médecin sera payé par l’assurance maladie et les complémentaires santé. Actuellement, seuls 30% des consultations dans les cabinets médicaux de ville, soit les bénéficiaires de la CMU-C ou couverture maladie universelle complémentaire et de l’aide médicale d’Etat, ont droit au tiers payant. De plus, ce dispositif est pratiqué dans les hôpitaux de France.

Les arguments des promoteurs de la mesure

Selon le premier ministre Manuel Valls sur un tweet : « trop de français renoncent à se soigner faute de moyens. L’adoption du Tiers payant chez le médecin est une belle mesure de justice sociale ».

D’après Marisol Touraine et les députés du Front de gauche, ce vote est une « avancée » en ce qui concerne la situation de patients, qui repoussent une consultation faute de moyens, y compris des revenus avoisinant les 2 000 euros mensuels. Par ailleurs, 20% des français renoncent de ce fait, à des soins pourtant nécessaires. Elle a ajouté que pour répondre à l’inquiétude des médecins, quant à la mise en place de la mesure, son application se fera par étapes, suivant le texte initial, ce qui permettra de solutionner les problèmes administratifs et techniques, qui pourraient en découler.

Selon la rapporteure PS, Bernadette Laclais, étant donné que les assurés sociaux sont des cotisants, ce système du Tiers payant, n’est qu’un système de paiement, et ne constitue en aucun cas des soins gratuits.

Les opposants à la généralisation du tiers payant

Selon l’ORL et ancien président de l’Assemblée (UMP), Bernard Accoyer, les problèmes d’accès aux soins concernent uniquement les prothèses dentaires et auditives et les lunettes. Le député UMP de Paris, chirurgien de son état, Bernard Debré ironise en signalant, qu’il fallait étendre la gratuité au gaz, à l’électricité et aux loyers. Quant à Marion Maréchal-le Pen (FN), elle a fustigé l’incapacité du gouvernement actuel à redresser le pouvoir d’achat, en se dissimulant derrière les médecins.

Même si les radicaux de gauche auraient préféré un temps de réflexion avant la mise en œuvre, l’oratrice Dominique Orléac, médecin, craint une prise de risque financier pour les cabinets médicaux et une désertification médicale généralisée.

De son côté, la socialiste Monique Orphé, soutient qu’à l’île de la Réunion où le tiers payant est généralisé depuis douze ans, ce dispositif convient à tous, médecins et patients.

Le tiers payant généralisé fait partie des promesses de campagne de François Hollande, et sera appliqué à tous les assurés sociaux, fin novembre 2017.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR