Gaza : un cessez-le-feu de 72 heures de nouveau respecter

0
182

Lundi à 0h01 locale, une trêve a de nouveau été mise en vigueur sur la bande de Gaza tandis que les pourparlers continuent afin de mettre en place un cessez-le-feu durable entre les deux parties.

« Un consensus simultané »

Suite aux différentes négociations menées sous l’égide de l’Egypte, Israël et la Palestine se sont mis d’accord pour maintenir un nouveau « consensus simultané », selon un responsable palestinien. Ce cessez-le-feu a été instauré afin de favoriser les différentes négociations qui visent à trouver une solution durable pour l’arrêt des hostilités dans le bande de Gaza. En effet, le Caire fait appel aux deux parties en conflit pour travailler sur « un cessez-le-feu global et permanent. » Le porte-parole de Ban Ki-Moon a d’ailleurs fait par de l’espoir que cette négociation soit « une autre chance d’obtenir un cessez-le-feu durable au profit des populations civiles et un point de départ pour les deux parties d’exprimer leurs doléances. » Khaled Mechaal, le chef du Hamas, affirme de son côté que « L’objectif auquel on tient est que les demandes palestiniennes soient satisfaites et que la bande de Gaza vive sans blocus » tandis que le ministre israélien en charge des services de renseignements, Youval Steinitz, explique que « Nous devons désormais traduire notre victoire militaire en une victoire politique, ce qui veut dire en premier lieu que le Hamas ne doit pas remporter de succès politique et être récompensé pour les violences. »

De l’avis de James Rawley, le coordinateur des opérations humanitaires de l’ONU dans l’enclave palestinienne, dans une interview à l’AFP, « Le blocus doit être levé, pas seulement pour faire parvenir du matériel afin de reconstruire, mais pour permettre à Gaza de faire ce qu’elle faisait très bien il y a 10 ans : commercer ». De la levée du blocus dépendra le maintien de la trêve ou non, mais à en croire Israël, comme l’explique le ministre israélien en charge des services de renseignements, Youval Steinitz, « Nous devons désormais traduire notre victoire militaire en une victoire politique, ce qui veut dire en premier lieu que le Hamas ne doit pas remporter de succès politique et être récompensé pour les violences. »

désolation et destruction à Gaza

Il est évident que les avis continuent de diverger entre Israël et le Hamas, chacun campant sur ses positions, refusant ainsi de prendre en compte les pertes civiles et humaines dont le bilan ne cesse de s’alourdir à chaque fois que les tirs reprennent.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.