François Hollande : les musulmans « premières victimes » de « l’islamisme radical » dans le monde

2
28

L’ouverture du forum « Renouveaux du monde arabe » qui se déroule à l’Institut du Monde Arabe (IMA) a été marqué par un discours d’apaisement de François Hollande. En effet, suite à la vague d’attentats qui a secoué la France, la semaine dernière, le Chef de l’Etat a rassuré les Français de confession musulmane sur leurs droits au sein de la République.

« Les mêmes droits, les mêmes devoirs »

Après les attentats terroristes de Paris, l’Observatoire contre l’islamophobie du Conseil français du culte musulman a relevé de nombreux actes antimusulmans en France, amenant l’Union des organisations islamique de France à réclamer « un geste fort » de la part de François Hollande. C’est d’ailleurs dans ce contexte que le président de la République a déclaré lors de sa prise de parole, ce jeudi, à l’IMA que « Ce sont les musulmans qui sont les premières victimes du fanatisme, du fondamentalisme, de l’intolérance ». Avant d’ajouter que « L’islamisme radical s’est nourri de toutes les contradictions, de toutes les misères, de toutes les inégalités, de tous les conflits non réglés depuis trop longtemps » mais cela n’empêche que pour François Hollande « L’Islam est compatible avec la démocratie ».

Afin de rassurer les musulmans suite aux actions islamophobes dont ils sont actuellement victimes en France, le Chef de l’Etat de plaider que « Les Français de confession musulmane ont les mêmes droits, les mêmes devoirs, que tous les citoyens. Ils doivent être protégés. La laïcité y concourt car elle respecte toutes les religions ». Toujours dans ce sens, François Hollande d’affirmer que tous ceux qui vivent en France sont en droit de se sentir « unis, protégés, respectés comme eux-mêmes doivent respecter la République ».

Le moment fort du discours a été l’évocation de la journaliste syrienne, Zaina Erhaim, qui a brandi dans les décombres d’Alep une pancarte avec la citation désormais célèbre « Je suis Charlie ». Sa photo, largement partagée sur les réseaux revêt pour la France « un symbole de solidarité ».

la journaliste syrienne, Zaina Erhaim

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.