Un Marocain de 36 ans poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme

0
40
fahd

Fahd Jobrani, un prêcheur marocain de 36 ans, poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme, est jugé à Paris depuis lundi 19 janvier et clame son innocence.

Un clandestin qui passe son temps sur Internet

Arrivé de manière illicite en France en 2004, Fahd Jobrani avait élu domicile à Notre-Dame-de-Bliquetuit (en Seine-Maritime) après avoir contracté un mariage blanc. Plus tard, il s’installe dans un café où il consacrait tous ses temps libres à publier des diatribes jihadistes et à lancer des appels pour mener des attaques de terrorisme en France. Deux semaines après les récents attentats qui ont frappé le pays, ce prêcheur marocain de 36 ans a été convoqué devant le tribunal correctionnel de Paris pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes ».

Des preuves à l’appui

En septembre 2012, Fahd Jobrani avait publié des vidéos sur YouTube, dans lesquelles il était enturbanné. Des vidéos qui ont été supprimées depuis. Sur un site de forum en ligne, le seul sur lequel les gens parlaient l’arabe littéraire, il a également répandu en diatribes contre l’Occident et la France en publiant un message qui dit : « On ne restera plus derrière nos claviers ». Il s’est également vanté d’avoir créé une « katiba », une brigade pour  al-Qaïda au Maroc.

« Je ne ferai rien »

Clamant son innocence, Fahd Jobrani a déclaré qu’il n’a jamais rien fait et qu’il ne ferait également rien.

« Je n’ai pas eu l’intention de passer à l’action, j’ai de la famille au pays »

 

Interrogé sur les appels au terrorisme en France qu’il a lancés sur Internet, le prêcheur marocain d’affirmer que ce n’était que du « délire » et « des paroles en l’air ». Interrogé également sur les récents attentats qui ont eu lieu en France, Fahd Jobrani de confier : « On ne peut pas condamner un musulman ».

Son avocate, Me Anne-Sophie Laguens réclame qu’on libère l’accusé qui n’a finalement fait que fantasmer sur des projets irréalisables. Mais s’il est condamné, il risque jusqu’à 10 ans de prison.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.