Etats-Unis : un mauvais choix de litière pour chat provoque la contamination nucléaire de 21 employés.

0
37

Une fumée radioactive créant un incident nucléaire, qui a contaminé 21 employés à un bas niveau de radiation, et provoqué l’arrêt temporaire de la Waste Isolation Pilot Plant (WIPP), a eu lieu en février 2014.

Ce site de stockage en sous-sol de déchets radioactifs, se trouve près de Carlsbad, au Nouveau-Mexique.

Selon les conclusions d’un rapport d’enquête du laboratoire national de Savannah River, rendu public, la semaine dernière, cet incident nucléaire est dû par l’usage d’un type de litière pour chat inapte pour l’absorption des déchets nucléaires liquides. D’après le rapport, la marque de litière Sweat Scoop, utilisé par le laboratoire national de Los Alamos, lieu de provenance du colis 68 660 incriminé, avant son stockage à la WIPP, s’est avéré chimiquement incompatible avec le contenu.

En effet, en ce qui concerne la litière pour chat traditionnelle, composée de minéraux de silicate géologiques inorganiques, tels la diatomée, le zéolithe ou la bentonite, elle est idéale, pour l’absorption et la stabilisation d’éléments chimiques comme la nitrate, l’ammoniac et l’urée.

Par contre, les litières organiques, essentiellement constituée de blé ou de maïs, n’ont pas les propriétés requises pour stabiliser le nitrate.

Lors de l’incident nucléaire, les ingrédients organiques ont réagi avec les déchets, créant des gaz qui ont augmenté la pression intérieure. Les matériaux chauffés sont entrés en combustion, le colis en question, entreposé en sous sol a rompu, entraînant la fuite nucléaire.

En matière de nucléaire, la procédure est stricte. Lorsqu’une procédure est validée par la chaîne de commandement, il ne faut pas la modifier. Toute modification peut s’avérer néfaste, voire dangereuse, explique le spécialiste en matière nucléaire.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR