Etats-Unis : atterrissage illicite au Capitole d’un mini-hélicoptère ; l’auteur veut dénoncer la corruption.

0
13

Le pilote d’un mini-hélicoptère a atterri sur une pelouse en contrebas du Capitole, siège du Congrès à Washington, pour dénoncer la corruption du système politique américain. Son geste a déclenché l’alarme de sécurité et la police du Capitole a confirmé son interpellation. Un robot de l’équipe de déminage a analysé le mini-hélicoptère, de type girodyne, composé d’un siège, d’une hélice et d’un rotor. Cet engin, genre Bensen, est ultra-léger, ne nécessitant pas d’immatriculation de la FAA (aviation civile américaine). Si son autonomie de vol est limitée à 90 minutes, il atteint les 105 km/h. Dick Knapinski, porte-parole de l’Association des aéronefs expérimentaux (Experimental Aircraft Association) du Wisconsin, explique que ce type d’appareil est destiné à des vols de loisirs à basse altitude.

Le survol de la zone environnante du Capitole, est totalement interdit et les environs sont strictement réglementés, conditionnés par des autorisations de vols restrictifs. En trois mois, c’est la deuxième alerte relative à des engins venus du ciel pour les policiers du Capitole.

Au début de l’année, un drone en perte de contrôle de 60 centimètres, s’est écrasé dans les jardins de la Maison Blanche. Le Capitole et la Maison Blanche sont éloignés de 2 km.

Selon le journal de Floride (sud-est) Tampa Bay Times, qui s’est entretenu avec le pilote avant son forfait ; Doug Hugues, un facteur de 61 ans, avait parlé longuement de son projet, pour se prémunir de tout incident. Il souhaitait interpeller les parlementaires sur la « corruption suscitée par la déréglementation croissante de financement électoral ». Il projetait la livraison de missives à chacun de 535 élus américains, en session cette semaine. Dans sa lettre, il a écrit : « j’exige une réforme et je déclare une rébellion d’électeur de manière conforme, à la description par Jefferson, des droits dans la déclaration d’indépendance ».

Sur CNN, Michael Shanahan, un ami du pilote arrêté, a déclaré que l’objectif de Doug Hugues visait principalement à sensibiliser l’opinion publique sur le site the democracyclub.org, Doug Hugues a annoncé ses intentions, tout en spécifiant « qu’il n’avait aucune intention de violence, son engin ultraléger n’étant pas une menace physique ». Il a signalé, de plus, sur son site avoir laissé un message sur *protected email*. Or, cette adresse mail est gérée, par l’organisation héritière de la campagne du président américain Barack Obama.

La police du Capitole n’a pas spécifié, si elle était au courant ou non, des intentions du pilote Doug Hugues.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR