Etat Islamique : quand la coalition s’attaque à leur source de financement en Syrie

0
120

Dans la soirée de mercredi, Washington et ses alliés ont intensifiés leurs frappes en Syrie. Avec l’exécution d’Hervé Gourdel, la coalition s’est fixé comme objectif de s’unir et de s’attaquer aux sources de financement de l’Etat Islamique.

Des raffineries contrôlées par l’EI visées

En intensifiant les frappes aériennes en Syrie, les membres de la coalition, dont les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, s’étaient fixés pour objectif d’assécher les sources de financement principales de l’Etat Islamique. En effet, il se trouve que pour financer leurs actions, ces djihadistes font de la vente de pétrole en contrebande aux pays frontaliers grâce à une mainmise sur plusieurs raffineries en Irak et en Syrie. Pour ce faire, la coalition a donc frappé, dans la nuit de mercredi, douze raffineries contrôlées par l’Etat Islamique dans l’est de la Syrie, comme l’a annoncé le Pentagone. Cependant, force est de constater que les revenus de l’Etat Islamique ne proviennent pas uniquement de la vente de pétrole au marché noir, puisque comme Nicholas Rasmussen, le directeur adjoint du Centre nationale du contre-terrorisme, l’a déclaré en septembre devant le congrès américain, leurs fonds est largement alimenté par la contrebande, les pillages ainsi que par les différentes rançons versées pour la libération des otages.

Au même moment que ces frappes, à la tribune de l’ONU, Barak Obama lançait un appel au monde pour se joindre au combat et à « démanteler ce réseau de la mort. » Une union qui s’impose aux dirigeants réunis à New York pour faire à la menace que représente l’Etat Islamique pour le reste du monde.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.