Un centre d’écoute chinois repéré dans le Val-de-Marne

0
194

Une annexe de l’ambassade de Chine, située dans une banlieue pavillonnaire en Ile-de-France est suspectée d’abriter un centre d’écoute secret, ce que le gouvernement francais n’a pas encore confirmé, ni infirmé.

Située au 148, rue du Lieutenant-Petit_Leroy dans la banlieue de Chevilly-Larue, ces installations comprennent deux immeubles de trois étages, un parking et un court de tennis. Un espace inviolable en vertu de l’article 22 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques. D’après le Nouvel Observateur, la sonnette ne fonctionne pas et personne n’a répondu quand le numéro de téléphone enregistré dans l’annuaire a été composé. Quant aux riverains, ils ont fini par s’accoutumer à ces voisins peu ordinaires : « Ce sont des voisins mystérieux mais, depuis le temps, nous avons pris l’habitude », confie l’un d’eux. Même l’adjoint du maire de Chevilly-Larue, Cyrille Bernardin avoue ne rien savoir de ce qui s’y passe.

Depuis trois ou quatre ans, d’imposantes antennes paraboliques sont installées sur le toit de l’un des immeubles.  Un spécialiste des interceptions satellitaires, consulté par un journaliste de l’Obs les a étudiées et selon lui, deux d’entre elles servent aux écoutes et la troisième à envoyer les informations reçues vers la Chine. Citant une source fiable, le journal indique que ce centre est attaché à l’APL-3, un département de l’état-major de l’Armée populaire de Libération, un équivalent chinois de la NSA américaine. Une représentante de la représentation chinoise à Paris explique que ce bâtiment qui héberge toujours quelques dizaines d’employés de l’ambassade est un « service logistique », ajoutant simplement que « les antennes sont pour la communication ». Le gouvernement français s’est refusé à tout commentaire sur le sujet.


Les « grandes oreilles » de Pekin en France… by LeNouvelObservateur

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.