Recel d’œuvres : une peine de 2 ans de prison avec sursis prononcée contre l’électricien de Picasso

0
23

L’ancien électricien de Pablo Picasso, Pierre le Guennec et sa femme Danielle ont écopés de deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Grasse. Ils sont poursuivis pour le recel de 271 œuvres volées du célèbre peintre espagnol. Ces œuvres sont restées empilées dans un carton, pendant quarante ans, dans le garage des accusés dans le Sud de la France.

Leur condamnation a pour objet le « recel de biens provenant d’un vol », cependant, l’identité de l’auteur des vols n’a pas été formellement déterminée par l’enquête.

Le déroulement du procès

Le procès avait eu lieu en février 2015, et le Ministère public avait demandé une peine de cinq ans de prison avec sursis, pour le couple septuagénaire. Selon le procureur, le couple a porté préjudice « à la confiance et la mémoire de Pablo Picasso », tout en requérant une condamnation juste pour des prévenus « totalement dépassés et qui n’ont pas gagné d’argent dans cette affaire ».

Pour leur défense, le couple affirme que les 271 œuvres conservées dans le garage constituaient un don offert par Jacqueline Picasso, dans son mas de Mougins, au début des années 1970, vers 1971 ou 1972.

Les héritiers de Pablo Picasso ont porté plainte

En septembre 2010, Pierre le Guennec et son épouse ont présenté leur trésor à Claude Picasso, chargé de l’authentification et du droit moral des œuvres. Les six héritiers de l’artiste ont déposé une plainte devant le tribunal correctionnel. Claude Ruiz-Picasso et Maya Widmaier-Picasso sont venus à Grasse, vendredi pour écouter le verdict.

Les œuvres, préalablement saisies par la Justice, seront remises à l’administrateur de la Picasso Administration en la personne de Claude Ruiz-Picasso représentants des six héritiers, selon le Président du tribunal correctionnel de Grasse, Jean Christophe Bruyère.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.