Éducation : prioriser les territoires qui sont le plus en difficulté

0
65

La ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem prévoit un changement concernant la répartition des moyens humains et financiers accordés au système éducatif français.

Son plan d’action

Selon les propos de la ministre  «La logique serait désormais de donner plus de moyens aux territoires les plus en difficulté ». Autrement dit, le budget consacré à l’éducation sera redistribué suivant les critères sociaux et démographiques. L’aide sera donc plus orientée vers les régions dont le taux de chômage est plus élevé que la moyenne en France et aussi dont le taux d’échec scolaire est au-dessus de la moyenne.
Pour ce faire, la ministre a établi une cartographie des zones d’éducation prioritaire. A titre d’exemple, les universités de Créteil et Lille bénéficieront de plus de soutien tant financier que matériel par rapport à l’université de Rennes ou de Dijon.

Les réactions

Bien que ce projet soit encore au stade de réflexion, il suscite déjà de nombreuses controverses. Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, affirme que la résolution de la ministre s’avère être intéressante, les résultats resteront à voir. Pour sa part, Philippe Tournier, secrétaire général du syndicat des personnels de direction, pense que le plan échafaudé par Madame la Ministre serait purement à titre subjectif. L’aide octroyée visera-t-elle la population ou bien la région, profitera-t-elle à toute la France ou bien juste à une minorité ? Affaire à suivre.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.