Le monde de l’édition perd l’un des siens, François Maspero a rejoint l’au-delà.

0
9

Marcel-François Kahn de Mediapart a annoncé sur son blog, le décès de François Maspero. L’éditeur âgé de 83 ans, est mort dans sa baignoire, dans sa demeure, le samedi 11 avril 2015.

François Maspero est un enfant de déportés. Son père, Henri Maspero a trouvé la mort à Buchenwald en mars 1945, tandis que son frère résistant, Jean, meurt à 19 ans dans le maquis. Sa mère, rescapée de Ravensbrück a survécu à l’horreur de la guerre.

Engagé politiquement, François Maspero est libraire dans le quartier latin, à 23 ans. Il devient éditeur en 1959 pour lutter « contre le caractère insoutenable des guerres coloniales » et à cause « de la désillusion face au communisme soviétique ». « Cahiers libres » de François Maspero ont accompagné les débuts de Bernard Henri Lévy et Régis Debray. Il a édité des ouvrages, des revues, des collections et des rééditions de texte de Rosa Luxemburg et de Léon Tolstoï.
« Main basse sur le Cameroun » de Mongo Béti en 1972, a fait l’objet de controverses lors de sa publication par François Maspero. François Géze, son collaborateur lui succède en 1982, et a créé les éditions La Découverte. Son décès laisse un grand vide dans le monde de l’édition.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR