Ebola : polémique sur la prise en charge de Thomas Eric Duncan, mort aux Etats-Unis

0
345

Le libérien atteint du virus Ebola Thomas Eric Duncan est mort finalement aux états unis. Mais certaines voix se sont élevées pour dénoncer un défaut de prise en charge par l’hôpital. Selon la présidente du syndicat national des infirmiers, les hôpitaux américains ne sont pas prêts à faire face au virus Ébola. Il faut rappeler que Thomas Eric Duncan avait été en voyage dans son pays d’origine, et à son arrivée aux Etats-Unis le 20 septembre il ne présentait pas de symptôme de la maladie. Toutefois, quatre jours après, les premiers signes sont apparus. Son état commencé à empiré, c’est ainsi qu’il a été hospitalisé et isolé le 28 septembre. La famille de la victime pointe du doigt l’hôpital qu’il prend pour responsable de la mort de cet homme de 42 ans. Celle-ci soutient que la victime s’était rendue dès le 25 septembre aux urgences du Texas health presbterian hospital. Mais il a été renvoyé chez lui par les équipes médicales qui lui ont simplement remis des antibiotiques.

Les dirigeants de l’hôpital en question ont nié avoir été mis au courant du récent voyage de la victime au Libéria, un pays très touché par le virus. La famille certifie par contre que le personnel a bel est bien été informé du voyage de M. Duncan au Libéria. La polémique s’installe autour de ce sujet aux Etats-Unis. A ce titre, le docteur Ivan Walks déclare dans The Roots que les signes  d’une contamination à Ébola étaient évidents chez ce patient. Il faut préciser que le docteur Walks était en première ligne en 2001 lors des attaques à l’anthrax.

The christian Science Monitor rapporte pour sa part un autre élément suspect. Il a été relevé que le traitement administré au patient n’était pas adéquat. Il aurait reçu un sérum différent de celui donné aux autres malades du virus ébola aux Etats-Unis. En retour, il a reçu un médicament antiviral jamais testé sur des hommes pour le virus. Et encore, ce traitement lui a été administré après que son état ait empiré, pour éviter les effets secondaires. Sur six patients traités pour Ebola aux Etats-Unis, M. Duncan est la première victime qui n’a pas été pris en charge par l’une des unités hospitalières spécialisées mise en place.

Une enquête sera ouverte sur la prise en charge de Thomas Eric Duncan.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.