Ebola : une première contamination confirmée sur le sol américain, le corps médical en grève

0
47
hopital_texas

Une aide soignante américaine qui avait soigné un patient Libérien infecté, dans l’hôpital Texas Health Presbyterian Hospital de Dallas, est décédée, dimanche.

Une première contamination en Amérique

Dimanche 12 octobre, le personnel médical de l’hôpital de Texas confirme le premier cas du virus Ebola contracté sur le sol américain. Il s’agit de l’aide soignante qui a soigné un patient revenu de Libéria, Thomas Eric Duncan, décédé quelques jours auparavant.

Une faille dans le protocole sanitaire

Un premier cas que les autorités sanitaires américaines attribuent à un manque de sérieux dans le protocole de protection du personnel médical, dans les hôpitaux.

Le docteur Thomas Frieden, directeur du CDC d’expliquer :

« Nous ignorons ce qu’il s’est passé au cours du traitement du patient de référence, c’est-à-dire le premier cas traité à Dallas, mais à un certain moment, il y a eu une faille dans le protocole qui a causé l’infection ».

Ebola hors contrôle

Les Etats-Unis seraient-ils dans l’incapacité de contrôler la propagation de l’épidémie Ebola? En tout cas, l’annonce du décès de l’aide soignante américaine, installe à nouveau le doute dans le pays. Malgré le fait que Barack Obama ait fait pression auprès de toutes les organisations, les organismes et les Etats responsables, le virus Ebola qui a fait déjà à ce jour 4 033 morts dans tous les pays atteints, continue de faire ravage.

Le personnel médical libérien en grève

Les CDC recommandent pour tout le personnel médical qui encadre les patients de Ebola, masque, gants, et tenue de protection. Mais malgré cela, la fièvre hémorragique fait également plusieurs morts dans le corps médical. Au Libéria où la maladie a déjà tué 2 316 personnes, le personnel médical est en grève – non seulement en raison du manque d’équipements adéquats, mais également pour des raisons financières. En effet, les médecins et aides soignantes réclament désormais des primes de risques.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.