Finistère : pour éviter la suppression d’une classe, une commune vend des terrains pour 1 euro/m2

0
37

Le Télégramme a révélé que la Commune de Berrien a décidé de lutter contre la fermeture prochaine d’une classe. Berrien et ses 987 âmes oeuvrent pour éviter la désertification en offrant à la vente dix terrains d’environ 800 m2 « viabilisés et constructibles » pour 1 euro/m2, pour un prix réel de 9,50 euros/m2. Ce lotissement communal dénommé Liorz an ti, fait face à l’école.

La Commune compte sur l’arrivée de familles, avec des enfants qui pourront fréquenter la maternelle et l’école primaire. De plus, Berrien possède une salle multifonction, un centre de loisirs, une médiathèque-ludothèque, une aire de jeux multisports et une maison d’assistantes maternelles avec une capacité d’accueil de 16 enfants.

Selon le Télégramme, pour éviter également la fermeture de la classe, une classe sauvage sera créée par les parents, épaulés par des enseignants retraités. Cette initiative rappelle celles de deux communes du Calvados et du Cantal, ainsi que la commune du Moustoir (Côtes d’Armor) dans les années 80, qui avaient déjà procédé de la même manière.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR