Endettée jusqu’au cou, une femme de 98 ans et sa fille handicapée se font expulser de leur logement à Nice

0
219
appartement_nice

Une centenaire invalide et sa fille handicapée de 65 ans ont été expulsées de leur appartement, à Nice pour des impayés qui ont atteint 20 000 euros.

Un cas particulier

Le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD) dénonce un manque de discernement de la part des autorités publiques qui – selon ce comité, aurait dû trouver une autre solution plus adéquate compte tenu de la situation particulière de la vieille dame et de sa fille. Les deux victimes, une vieille dame âgée de 98 ans et sa fille handicapée, âgée de 65 ans, devaient payer chaque mois, un loyer de 1 100 euros alors que la totalité de leurs retraites s’élèvent à seulement 1 800 euros. De plus, les deux femmes ont été victimes d’une escroquerie après avoir placé de l’argent dans un investissement hasardeux qui leur a tout fait perdre d’un seul coup. Depuis, n’arrivant plus à survivre correctement, leur dette s’est élevée à 20 000 euros.

Expulsion sans préavis

Ayant fait appel au tribunal de grande instance, le propriétaire de l’appartement où vivait les deux femmes a obtenu le droit de les expulser de leur appartement, sans préavis. Mardi 28 octobre, une quinzaine de policiers sont descendus sur les lieux pour procéder à l’expulsion « suite à un arrêté de concours de la force publique délivré par le préfet des Alpes-Maritimes ». 

Services sociaux

Suite à cette explustion, le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD) a fait appel auprès des services sociaux pour suspendre la décision du tribunal de grande instance, en raison des cas spéciaux des deux femmes. Leur demande rejetée, les deux femmes âgées ont été recueillies par une tierce personne. Cette dernière affirmant ne pouvoir les héberger davantage que pendant deux jours, la mère et sa fille vont devoir trouver un autre endroit où habiter très très vite. Et si le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi a proposé de placer la centenaire dans une maison de retraite et sa fille de 65 ans dans un foyer, leur avocate de préciser que la vieille dame pourrait succomber si elle venait à être séparée de sa fille.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.