Décapitation par l’EI de l’otage américain Peter Kassig : au moins un Français serait parmi les bourreaux

0
401

L’un des bourreaux apparus dans la vidéo diffusée par Daesh, dimanche 16 novembre, pourrait-être un jeune normand de 22 ans radicalisé sur internet.

La Maison Blanche a confirmé l’exécution de l’otage américain, Peter Kassig, 26 ans capturé en Syrie le 1er octobre 2013. Le groupe Etat Islamique a revendiqué l’exécution en représailles à l’envoi des conseillers militaires américains en Irak. Sur la même vidéo, dix-huit combattants jihadistes à visage découvert sont filmés en train de plaquer au sol puis décapiter au moins 18 soldats syriens à genoux. Jean-Charles Brisard, spécialiste du terrorisme international, sur BFMTV, a annoncé que parmi les bourreaux, « il y a une très forte présomption qu’il y a un, voire deux Français ».

Maxime, un jeune normand de 22 ans serait l’un d’entre eux

Le ministère de l’intérieur s’appliquait depuis dimanche soir à vérifier cette présence française parmi les combattants jihadistes. Jean-Charles Brisard a assuré la présence de « différentes communications sur les réseaux sociaux qui ont pu confirmer de manière implicite la participation d’au moins un Français à ce massacre. »  Sur la vidéo, Maxime, un jihadiste français a été formellement reconnu par le spécialiste : « un jeune homme de 22-23 ans, originaire de Normandie, qui est parti en Syrie en août 2013« , indique-t-il sur « Le Figaro ». L’identité du jeune jihadiste est également affirmée sur Twitter par David Thomson, un reporter à RFI. Selon toujours Jean-Charles Brisard, ce jihadiste français  « est surveillé de très près par le renseignement ».

« Mon objectif, c’est le martyr »

Maxime, qui se ferait appeler  « Abou Abdallah Al Faransi », a déjà été interviewé sur BFMTV en juillet dernier. Dans son témoignage, le jihadiste normand affirme s’être converti « tout seul » à l’Islam à 17 ans par le biais d’internet et en visionnant des vidéos sur Youtube. Lors d’un séjour pour faire de l’école à des enfants en Mauritanie, révolté vis-à-vis de l’intervention française au Mali,  il voulait déjà se rendre au Mali mais a du abandonner son projet devant la difficulté sur terrain. C’est seulement après son retour en France, en voyant la montée en puissance du groupe Etat Islamique, qu’il a décidé de grossir les rangs de Daesh et partir en Syrie.

Dans le reportage, à visage découvert, ses propos ont consterné plus d’une personne : « C’est pas les vacances, mais c’est comme des vacances ici. (…) La mort, je l’attends avec joie. C’est une bonne nouvelle. Mon objectif personnel, bien évidemment, c’est le martyr« .

Actuellement, 368 jihadistes Français seraient en terre de guerre, en Syrie ou en Irak, et 45 ont perdu la vie sur le terrain (Ministère de l’Intérieur).


DOC BFMTV – Maxime, jeune combattant jihadiste… par BFMTV

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.