Crash de l’avion de Christophe de Margerie : les premiers éléments de l’enquête

0
64

Les enquêtes sont en cours pour déterminer les causes de l’accident qui a coûté la vie au PDG de Total, le 20 octobre dernier. Des experts français sont venus en renfort mardi soir pour aider le comité d’enquête russe dans ses investigations.

Le jet privé qui transportait Christophe de Margerie s’est écrasé au décollage à l’aéroport de Vnoukovo, entraînant sa mort et celle des trois membres de l’équipage qui l’accompagnaient. Depuis, les enquêteurs sont à pied d’œuvre pour établir les causes du drame. Cette enquête a été prise en charge par le Bureau d’enquête pour la sécurité de l’aviation civile russe (MAK). D’après le correspondant de France 2 à Moscou, des experts français du Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) les ont rejoints.

Selon le vice-président du MAK, ils examinent actuellement les informations contenues dans les boîtes noires et se penchent sur les conditions météorologiques ainsi que le plan de vol de l’avion. Ces analyses devraient durer entre deux et trois jours. Une reconstitution 3D de l’accident a été réalisée par le site d’information russe LifeNews.

Le comité d’enquête parle d’une « négligeance criminelle » de la direction de l’aéroport de Vnoukovo. Pour l’heure, le chauffeur du chasse-neige se trouve en première ligne des personnes en causes dans l’accident. Les enquêteurs russes l’ont accusé d’avoir été ivre ce soir-là mais son avocat a réfuté ces affirmations, invoquant une maladie chronique du cœur qui lui interdit l’alcool. La jeune stagiaire qui se trouvait au contrôle des décollages a également été placée en garde-à-vue ainsi que son supérieur, le chef des nettoyeurs de pistes et le responsable du contrôle des vols.

 

 

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.