Arrestation d’un chef de guerre en Côte d’Ivoire

0
1146

Les forces de sécurités ivoiriennes ont interpellé Salif Traoré, surnommé « Tracteur » très tôt le 19 décembre à son domicile situé dans un quartier résidentiel d’Abidjan.

Un homme d’environ 30 ans a été tué pendant l’opération, son corps ensanglanté encore visible dans une remise à l’arrière de la maison ce vendredi matin, d’après l’AFP. Les raisons de l’arrestation du chef de guerre ne sont toujours pas connues, les autorités ivoiriennes n’ayant pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Toutefois, une source policière a déclaré : « Ils l’ont interpellé car ils disent qu’il était mêlé à l’incident d’Akouédo », ce que ces partisans réfutent. Par ailleurs, une source sécuritaire a évoqué des rivalités entre ex-chefs de guerre.

Jeudi matin entre 6 h 00 et 7 h 00, un groupe de soldats de 1ère et 2 ème avait érigé des barricades sur un important axe routier non loin d’Akouédo, ils réclamaient le paiement d’arriérés de soldes. Dans un communiqué, le ministère ivoirien de la Défense a qualifié cette manifestation de « fautes graves » et de « manquements à la discipline militaire », disant que ces soldats n’avaient « pas droit » à ces paiements auxquels ils prétendaient.

L’unité d’élite du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) et l’armée ivoirienne ont été obligés d’intervenir quand des partisans de Salif Traoré ont tiré en l’air en guise de protestation, plusieurs heures après l’arrestation de leur chef. Une source sécuritaire a indiqué que Salif Traoré est considéré comme « l’un des acteurs principaux de l’insurrection d’Abidjan » au cours des violences postélectorales de 2010-2011. Parmi ses partisans se trouvent d’anciens combattants qui ont permis l’accession au pouvoir d’Alassane Ouattara..

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.